26.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

Musique: Cheikh Namous, le doyen des musiciens algériens n’est plus

C’est une véritable icône de l’art en général et de la musique chaabi en particulier qui vient de nous quitter. Talentueux instrumentiste du banjo, l’un des rares, sinon le dernier à jouer du guember cher à Cheikh Nador, le doyen des musiciens algériens, Cheikh Namous, est décédé dans la nuit de lundi à mardi à Alger à l’âge de 100 ans, a-t-on appris auprès de ses proches.

Par Nassim S.

Kasbadji dans l’âme, cet artiste qui brillait par sa discrétion sur scène comme dans la vie quotidienne, avait côtoyé les chefs d’orchestre comme Kehioudji ou Kechkoul et une large palette de chanteurs, de Hadj M’rizek à H’sissen en passant par Bouchiba et Khlifa Belkacem.
Né en mai 1920 à La Casbah d’Alger, Mohamed Rachidi de son vrai nom a commencé à jouer dans l’orchestre de Mohamed Sridek à la fin des années 1930 avant de rejoindre l’orchestre d’El Hadj M’hamed El Anka.Il avait également accompagné Moh Seghir Laâma pour toutes les fêtes animées à La Casbah et intègre l’orchestre de la radio en 1953.
A l’indépendance, le musicien se faisait un plaisir de répondre aux sollicitations de chanteurs châabi comme Boudjemâa El Ankis, Amar El Aâchab ou encore Dahmane El Harrachi.
Il a également créé une école de musique où il a formé de nombreuses générations de musiciens.
N. S.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img