26.9 C
Alger
lundi 27 juin 2022

Musée du Quai Branly: Philippe Echaroux rend hommage aux Suruí

L’installation photographique nocturne «Dans la mémoire du monde» sera visible durant tout le mois d’octobre au musée du Quai Branly. D’immenses visages nous observent depuis les arbres. «Dans la mémoire du monde» est une installation créée par le street artist marseillais Philippe Echaroux, exposée en nocturne durant tout le mois d’octobre au musée du Quai Branly, dans le 7e arrondissement de Paris, et visible depuis la rue de l’Université et le Quai Branly. Le HuffPost a rencontré l’artiste et son œuvre, Philippe Echaroux rend hommage aux Paiter Suruí en projetant leurs portraits photos sur des arbres. Les Suruí font partie d’une tribu autochtone du Brésil qui lutte pour préserver l’intégrité de son territoire et le respect de son mode de vie. Habitants de l’Amazonie, ils sont en proie à la déforestation de leur foyer. «Malheureusement, ces gens-là sont dans une situation plus que critique. Je trouve ça important qu’ils appartiennent à notre mémoire. C’est une volonté de faire entrer ces indiens dans notre souvenir», assure l’artiste. L’objectif de cette projection est de faire prendre conscience aux visiteurs les menaces qui pèsent sur ce peuple. Le Marseillais de 37 ans a décidé de projeter en lumière ses œuvres sur les feuillages des arbres afin de ne pas laisser de traces de son passage. «Je me suis dit que si je devais faire de l’art urbain je devais faire ça à ma propre manière. L’idée de la lumière m’est rapidement venue. Ça répondait à un cahier des charges que je m’étais fixé, que cela soit éphémère. Quand on défend l’écologie c’est très bien de produire quelque chose qui peut faire sens et qui ne laisse pas de traces», explique Philippe Echaroux.

R. I.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img