19.9 C
Alger
mardi 9 août 2022

Mouvement

Xavier Bertrand qui se voyait déjà président de la République et qui a finalement été éliminé dès le premier tour de la primaire des Républicains, primaire à laquelle il s’était refusé de participer avant de se raviser par crainte d’un manque de légitimité, semble ne pas avoir abandonné l’idée de conquérir l’Élysée. Le président Les Républicains de la Région Hauts-de-France va ainsi officiellement lancer un nouveau mouvement, «Nous France», le 1er octobre, dans son fief de Saint-Quentin, dans l’Aisne, où il a été maire entre 2010 et 2016. Selon le site internet du mouvement : «La droite et le centre sont les seules forces politiques qui peuvent incarner, demain, une alternative républicaine portée par l’intérêt général, et éviter une arrivée au pouvoir en 2027 du Rassemblement National ou de La France Insoumise». Le mouvement «revendique son attachement charnel à une identité française et des valeurs qui nous cimentent depuis des siècles», qui «croit et transmet à ses enfants la valeur de l’effort et du travail». Il est aussi «une exigence d’égalité», et «signe la reprise en main du pays par son peuple». Et de conclure avec «un appel solennel à l’unité» pour «reconstruire ce beau pays que nous léguerons à nos enfants». Pour Bernard Deflesselles, secrétaire général de «Nous France», ce sera l’occasion d’un grand moment «politique et festif» pour rassembler le plus grand nombre de Français autour d’un projet «républicain, populaire et humaniste, de la droite et du centre». Associé aux Républicains, le mouvement est annoncé comme un «vrai parti politique», et veut se concentrer sur trois «axes forts» : le régalien et l’ordre, la valeur du travail, et la question territoriale, centrale dans la vision politique de Xavier Bertrand. «Traditionnellement, tous les grands partis organisent leur rentrée politique en septembre, mais pour nous, il s’agira surtout de fêter le lancement national de Nous France. Et c’est plutôt une bonne chose que cela se fasse chez lui à Saint-Quentin», indique Bernard Deflesselles. Plusieurs personnalités, politiques ou issus de la société civile, seront associés au lancement du mouvement. Ce nouveau mouvement se lance, alors que la campagne pour la présidence des Républicains a débuté cette semaine avec la candidature d’Éric Ciotti. Il se pourrait qu’Aurélien Pradié, nouvelle garde de la droite et député du Lot, se lance également dans la course. Le choix du nouveau chef des LR aura certainement une influence sur le candidat de la droite pour 2027. Éric Ciotti est par exemple poussé par Laurent Wauquiez, qui aurait préféré renoncer à la présidence des Républicains pour se concentrer sur l’échéance ultime. Aurélien Pradié porte, de son côté, la vision d’une «droite populaire», et est soutenu par Xavier Bertrand, qui vise, avec son mouvement, «la droite et le centre». Les créations de mini-mouvements continuent ainsi sur la scène politique française. Ces petits partis créés par des figures souhaitant se distinguer n’ont finalement que peu d’impact sur les choix électoraux des Français. Valérie Pécresse, candidate officielle des LR à la dernière course à l’Élysée, qui a elle aussi mis en place son propre mouvement il y a quelques années, n’en a pas bénéficié électoralement et aura même enregistré le plus bas score de la droite à une élection présidentielle. Reste à voir si Bertrand sera plus chanceux que Pécresse, ou si ce parti ne sera, comme tous les autres petits mouvements créés par des têtes de gondoles de grands partis, qu’une façon comme une autre de faire parler d’eux.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img