20.8 C
Alger
vendredi 30 septembre 2022

Mostaganem: Pour une wilaya prospère, le wali met le cap sur l’économie

L’attention envers les zones d’ombre a fait l’objet d’une stratégie toute particulière de par les investissements engagés qui se chiffrent à des montants colossaux.

Par Lotfi Abdelmadjid

Des priorités ont été consignées dans la bataille du développement, considérant ainsi que c’est la mission essentielle. Le projet du tramway, la centrale électrique, l’aménagement de l’Oued Ain Sefra et le CHU des 240 lits… tout un défi. L’attention envers les zones d’ombre a fait l’objet d’une stratégie toute particulière de par les investissements engagés qui se chiffrent à des montants colossaux. Toutefois, le wali s’est fait son idée sur l’aspect socio-économique et ses impacts sur le quotidien du citoyen. C’est ainsi que la précarité, le chômage surtout des jeunes diplômés et les divers fléaux à incidences périlleuses l’ont ramené à mettre le cap sur la situation économique de sa wilaya. M. Aissa Boulahya, conscient de tous les enjeux sociaux, part volontairement en soutien affiché aux investisseurs. Sa stratégie était d’abord de prendre suffisamment le temps de faire un état des lieux de chacun des secteurs afin de mieux les prendre en charge. Avec l’objectif d’asseoir la tradition de l’écoute, des rencontres se sont succédé avec les professionnels de chaque secteur. Ceux de la Pêche, du Tourisme, des Finances, de la Santé même privé, du Bâtiment, de l’Agriculture et de l’Industrie, ont tous eu l’occasion d’échanger avec le chef de l’exécutif sur les difficultés qu’ils rencontrent par rapport à leurs projets d’investissement. Suite à ces rencontres, des décisions tangibles et responsables ont été prises dans l’objectif de relancer la dynamique de l’emploi, de la production, enfin de l’économie locale. Le wali ne s’est pas arrêté aux simples rencontres, il s’est rendu sur différentes zones d’activités chez les industriels, chez les agriculteurs, les éleveurs et a même effectué des sorties en mer sur les bassins aquacoles. Toutes ses visites sur les sites des investissements avaient pour but de s’enquérir de la situation de chacun des projets, mettant le paquet sur les aménagements, la voirie, l’eau et l’énergie, facilitant ainsi aux investisseurs la finalisation de leurs projets. Beaucoup d’entraves administratives ont été levées par des actions responsables, après deux années de paralysie due d’abord à la crise sanitaire de Covid-19 mais surtout aux troubles préjudiciables causés par certains responsables dans la gestion des dossiers du foncier et autres. Afin de faciliter la tâche aux investisseurs, il a créé une cellule d’écoute à travers laquelle il donne l’opportunité aux investisseurs de transmettre leurs doléances. Le volet des exportations a également eu l’attention du wali, car au vu du potentiel des produits exportables dans la wilaya et des moyens logistiques existants tels le port commercial, le chemin de fer, la pénétrante sur l’autoroute Est-Ouest et l’achèvement de l’aérodrome, l’ont poussé à créer une Commission Export pour booster l’externalisation du commerce. La wilaya de Mostaganem ambitionne d’être moderne et développée, d’éradiquer certains maux sociaux et d’avoir une économie fleurissante. Et le wali a compris tout cela. L’économie, pour M. Aissa Boulahya, est l’axe nodal pour une wilaya prospère. A chaque situation bloquée, le wali a fait appel aux ministres qui se sont présentés à la wilaya, apportant des solutions aux projets immobilisés pour diverses raisons. Ce qu’il faut comprendre dans de telles actions, c’est faire bouger les lignes à Mostaganem bon gré mal gré. Encourager l’Université et la formation professionnelle pour s’impliquer dans l’insertion professionnelle est une stratégie que le wali adopte très franchement pour réduire le spectre du chômage, source de grandes préoccupations. Force est de constater que ce manager affronte quelquefois des difficultés dans l’avancement de certains projets. Ces entraves à la dynamique du développement est un contentieux bien ancré. Le tramway, le CHU, la centrale électrique et autres projets statiques sont un héritage de mauvaise gestion que le wali tente de faire redémarrer.

L. A.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img