26.9 C
Alger
jeudi 6 octobre 2022

Mostaganem: L’investissement une utopie et le chômage une fatalité

Une grande partie du territoire Est de la wilaya de Mostaganem qu’est le Dahra recèle d’un potentiel naturel et humain exceptionnel. Un capital naturel inestimable, de très belles plages, des espaces féériques, de l’agriculture florissante et un patrimoine forestier extraordinaire, des capacités humaines prodigieuses, mais l’intelligence des élus et des autorités de la région ont failli à une mission capitale …celle de promouvoir l’investissement dans la région. La wilaya de Mostaganem aurait besoin d’un équilibre économique par la planification afin de se permettre un standing régional. L’investissement en industrie de transformation, en petites et moyennes entreprises aiderait une pondération socio-économique, créerait des richesse et de l’emploi. Dans la région du Dahra, il y a des capacités intellectuelles en attente de servir et de faire valoir leurs compétences. Avec l’investissement industriel mesuré ce potentiel sera protégé des fléaux tragiques desquels sont victimes les jeunes.Tous se posent la question récurrente «pourquoi il n’y a pas d’industrie sur le territoire du Dahra ?». Cette région de la wilaya peine à développer une économie, car elle n’a jamais fait l’objet d’une planification quelconque. De la limite du chef-lieu de la wilaya jusqu’à la frontière avec Ténès, c’est le désert en matière d’investissement. Comme personne ne détient les statistiques du chômage dans cette région, on peut continuer, d’une manière irresponsable, à ignorer la précarité, la malvie et toutes les conséquences qui en découlent. Les centres d’enseignement et de formation professionnels, la masse de diplômés universitaires, et les jeunes se trouvent trop loin des zones d’activités industrielles installées à l’extrême ouest de la wilaya. Les élus de l’APW provenant du Dahra sont en nombre plus que suffisant, mais ils ne se sont jamais préoccupés de leurs électeurs dans ce contexte précis. Etre élu du Dahra c’est surtout pour soigner son image et refaire un mandat est donc une tradition bien ancrée chez beaucoup d’entre eux. On n’a pas investi et on ne voit pas non plus des perspectives d’investissement, on a même abandonné des ZAC pour laisser s’installer, fâcheusement, des fléaux sociaux inéluctablement périlleux. Le drame de l’émigration clandestine, le banditisme, le narcotrafic et la délinquance exponentielle nous interpellent pour agir et mettre en place la réflexion …surtout la réflexion. Les dispositifs de promotion de l’emploi soit l’Anade, la Cnac, et les CDR et les incubateurs devront aussi s’intéresser aux jeunes de cette région de la wilaya. Il est aujourd’hui impératif que les habitants du Dahra retrouvent l’équilibre économique pour un bonheur minimum garanti. Le nombre de jeunes engagés comme soldats de 1ère classe ou sous-officiers éclairera notre analyse.
Lotfi Abdelmadjid

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img