13.9 C
Alger
mercredi 7 décembre 2022

Mostaganem: La gestion de l’Epic «Mosta Propre» trop contestée

A Mostaganem, les citoyens n’ont toujours pas assimilé que l’on crée une entreprise parallèle au service de la commune juste pour stopper net l’activité communale. C’est incohérent, plutôt absurde, de voir que quelque part des «intelligents» ont cru venir avec des idées géniales pour prendre en charge le ramassage des ordures, la réfection de la voirie, l’entretien des espaces verts et même l’éclairage public. Tout le monde sait que la commune de Mostaganem est assez aisée en termes de ressources financières, comme en dotation de matériel et en ressources humaines. On vient et on décide d’un claquement de doigt de mettre fin à toutes les missions de la commune pour créer une entreprise publique nommée «Mosta Propre». La problématique aujourd’hui est complexe, car à l’époque de sa création, on a transféré indûment la grande partie du matériel et du personnel, ordonnancé de grandes subventions et presque fermé les services techniques de l’APC, mettant le personnel au repos. Une décennie après, le résultat est là : les services communaux sont absents et l’Epic patauge dans la boue. Cette entreprise, dont la gestion est cathastrophique, n’est pas en mesure d’accomplir ses missions. Ni réfection de voirie, ni hygiène, ni ramassage d’ordures organisé, ni entretien d’espaces verts, nada… Un Epic qui est contesté de par ses mauvais résultats sur le terrain. Les citoyens se plaignent de l’incommodante insalubrité, la débandade dans le ramassage des ordures, des nids de poule restés béants depuis des années, les espaces verts sans entretien on brunis, l’éclairage très mal géré… Mais les citoyens savent que tout cela est dû à l’incompétence des responsables. Le renvoi de plus d’une centaine de contractuels, dont de pauvres femmes de charge, sourds-muets et de jeunes, pour les remplacer par des retraités, est passé inaperçu. Des responsables qui ont quand même su se faire congratuler par des gros salaires. Nous ne pouvons cacher le soleil avec un tamis. Cette entreprise à scandales répétés, notamment ceux du sable, de la ferraille vendue illicitement, des innombrables poteaux d’éclairage retirés, de la location du matériel aux privés etc. Une question reste posée : pourquoi tant de commissions d’enquête ayant déferlé sur cette entreprise, même très récemment, sans résultats ? Pourquoi un retraité comme directeur ? N’y a-t-il plus à Mostaganem de compétences pour sauver cette entreprise ? Ce qui est préoccupant, c’est que cette entreprise, dotée de moyens colossaux, de ressources humaines et de subventions considérables suffisantes, s’éloigne carrément de ses prérogatives et personne ne la contrôle. Les citoyens la contestent tous les jours pour faillir à ses missions, mais s’interrogent aussi sur sa gestion occulte. On a peut-être créé une entreprise qui, en son époque, servait de société écran au profit d’intelligents aguerris dans la malveillance.
Lotfi Abdelmadjid

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img