3.9 C
Alger
jeudi 25 avril 2024

Mostaganem: Ce que les citoyens attendent de la nouvelle APC

La commune de Mostaganem, en sa qualité de ville côtière de la mer Méditerranée, excelle d’un potentiel important qui pourrait la propulser à un rang national appréciable. Mostaganem, cette ville prisée, où il fait bon vivre, eut, à une époque donnée, la dénomination de «Perle de la Méditerranée». Les quatre mandats qui se sont succédé depuis 2007 n’ont pas privilégié le développement sur le plan urbanistique ni environnemental, ni même économique. Ces atouts-là exigent de la nouvelle Assemblée populaire communale une exploitation rationnelle afin que le citoyen retrouve le cadre de vie auquel il a toujours aspiré. Cela veut dire que le prochain P/APC doit impérativement faire d’abord son état des lieux afin de diagnostiquer les «maux» de cette cité et pouvoir enfin identifier les besoins pour une éventuelle élaboration d’une feuille de route adéquate. Mostaganem, comme chef-lieu de la wilaya, peut ambitionner un développement harmonieux à tous les niveaux. L’APC doit impérativement restructurer tous ses services, les adapter aux besoins du développement et surtout les rendre efficaces. Car la situation actuelle des services de la commune est un état blâmable. Tous s’accordent à dire que la commune s’est désistée de ses principales missions. Des missions cédées à un EPIC qui touche le fond et qui a fait de Mostaganem une ville insalubre, pas du tout verte et sombre dans le noir les nuits. La nouvelle feuille de route doit faire valoir les priorités dans le développement. Ce tableau de bord doit rendre visibles toutes les missions qui touchent le quotidien du citoyen de Mostaganem. La réorganisation du ramassage des ordures, la réfection de la voirie et des feux tricolores, l’entretien du réseau d’éclairage public et des espaces verts, la maintenance du mobilier urbain, l’entretien des écoles, l’amélioration dans la distribution de l’eau, la mise en place d’un nouveau plan de circulation, l’amélioration des services d’hygiène (désinsectisation, dératisation, abattage des chiens errants, etc.), la prise en charge et l’organisation du commerce et la mise à niveau des services financiers. L’APC doit aussi veiller à renflouer ses caisses par les grandes recettes qui lui échappent. Le droit de place en général, les droits de la publicité, les taxes sur le passage de réseaux sur son territoire et les taxes sur les bases de vie implantées sur son tissu urbain. L’embellissement, l’environnement, le transport, la culture et les activités sportives doivent aussi être valorisés par de nouvelles approches. Enfin, aujourd’hui la municipalité de Mostaganem attend que les nouveaux élus lui apportent de nouvelles méthodes managériales pour une cité moderne, verte et paisible.

Lotfi Abdelmadjid

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img