26.9 C
Alger
jeudi 30 juin 2022

Mohamed Arkab participe à la réunion Opep et non Opep: Les exportateurs de pétrole se concertent autour des prix

Les pays exportateurs de pétrole se concertent à nouveau, afin de stabiliser les prix et mettre en place une stratégie commune pour faire face à l’impact du Covid-19 sur le marché.
Hier, ont débuté les travaux, par visio-conférence, de la 27e réunion du Comité ministériel conjoint de suivi Opep et non-Opep (JMMC), avec la participation du ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab. Cette réunion a été consacrée notamment à l’examen des perspectives d’évolution du marché pétrolier à court terme. Lors de la réunion, les membres du JMMC avaient évalué, sur la base du rapport du Comité technique conjoint, le niveau de respect des engagements de baisse de la production des pays participants à la Déclaration de coopération pour le mois de janvier 2021. Le marché pétrolier qui a connu une crise sans précédent durant l’année passée, due à la crise sanitaire qui affecte le monde, a pu être régulé suite à la décision des pays exportateurs d’hydrocarbures de limiter leur production et de s’adapter à la conjoncture. Le marché pétrolier a, à chaque fois, été sensible aux mesures prises par les pays de l’Opep et non Opep. Le JMMC est composé de sept pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), à savoir l’Algérie, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l’Irak, le Koweït, le Nigeria et le Venezuela, et de deux pays non membres de l’Organisation, à savoir la Russie et le Kazakhstan. L’Angola participera également aux travaux du Comité au titre de président de l’Opep.
Par ailleurs, la réunion du JMMC sera suivie aujourd’hui par la 14e réunion ministérielle de l’Opep et non Opep, qui devra décider des niveaux de limitation de leur production pour le mois d’avril et les mois suivants, comme décidé lors de la précédente réunion ministérielle de l’Opep+. En attendant les résolutions de ces réunions de haut niveau, les prix du pétrole continuent leur hausse, enregistrant des records par rapport aux mois passés.
Hier, les prix du pétrole repartaient à la hausse, après un accès de faiblesse la veille.
Dans la matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai gagnait 1,69 % à Londres par rapport à la clôture de la veille, à 63,76 dollars. Dans le même temps, le baril américain de WTI pour avril s’appréciait de 1,61 % à 60,71 dollars. La veille, les deux contrats de référence avaient cédé du terrain, le WTI repassant sous la barre des 60 dollars le baril pour la première fois depuis le début de la semaine passée. «Les investisseurs sont en mode attentiste avant la réunion de l’Opep», a commenté Carlo Alberto de Casa, analyste. Mardi, le secrétaire général de l’Opep, Mohammed Barkindo, a souligné l’amélioration des perspectives du marché pétrolier mondial et de l’économie en général, selon un communiqué mis en ligne par le groupe. Il a également incité à la «prudence». La principale réunion de la semaine pour le groupe de producteurs reste le sommet ministériel prévu aujourd’hui. Lors du premier de 2021 début janvier, cette alliance avait convenu, après deux jours d’âpres négociations, d’ouvrir petit à petit les vannes jusqu’en mars, se donnant rendez-vous à ce moment-là pour statuer sur la politique à mener à compter
d’avril prochain.
Aomar Fekrache

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img