26.9 C
Alger
lundi 8 août 2022

Mine de Gara Djebilet: Une production allant entre 40 et 50 millions t/an à l’horizon 2026

Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a affirmé, samedi à Tindouf, que la mine de fer de Gara Djebilet permettra la production de 2 à 3 millions tonnes de minerai de fer par an dans la première phase (2022-2025), puis de 40 à 50 millions tonnes/an à partir de 2026.

Par Farid L.

Le ministre, qui présidait l’ouverture de la mine de fer de Gara Djebilet, a précisé que «ce projet structurel se déroulera en plusieurs phases sur une période allant de 2022 à 2040». La première phase (2022-2025) connaîtra une production de 2 à 3 millions tonnes/an, a fait savoir M. Arkab, ajoutant que le minerai de fer sera acheminé par voie terrestre à Béchar où il sera transformé et valorisé par des opérateurs nationaux désirant investir dans ce domaine, en attendant la réalisation de la voie ferrée Béchar-Gara Djebilet. Une fois la voie ferrée réalisée, la seconde phase commencera, ce qui permettra d’optimiser l’exploitation de la mine en produisant de 40 à 50 millions tonnes/an, a poursuivi M. Arkab. «Le projet en question concerne les différents secteurs, notamment les Transports, les Travaux publics, l’Energie, les Ressources en eau, les Finances, l’Environnement et l’Urbanisme», a-t-il mis en avant, insistant sur «la conjugaison des efforts de tous les secteurs pour la réussite de ce mégaprojet profitable au pays sur le plan socioéconomique ainsi qu’à la wilaya de Tindouf et à la région du sud-ouest algérien». Le projet, poursuit M. Arkab, est à même de créer des postes d’emploi, de développer les PME et de promouvoir l’habitat et les structures sociales. Le ministre a dévoilé, dans ce cadre, que le Groupe Manal avait lancé «le plan de développement et de valorisation des gisements de minerai de fer de l’Ouenza et de Boukahdra (Tébessa), ce qui est à même de garantir une production de près de 6 millions de tonnes en 2030», rappelant que «la demande nationale sur le minerai de fer n’est pas entièrement couverte». Il fallait donc développer les mines de Gara Djebilet qui, compte tenu du niveau de leurs réserves géologiques importantes, demeurent les seules capables de satisfaire cette demande et même d’exporter l’excédent, ses réserves étant estimées à plus de 3 milliards de tonnes et faciles à exploiter, car situées à la surface de la terre. «Le lancement de cette mine constitue la première étape pour la réalisation de ce projet d’envergure», a-t-il dit. «Nous sommes parvenus à cette étape après plusieurs années de travaux et d’études menées dans les plus grands laboratoires internationaux», a-t-il rappelé, expliquant qu’elle «a permis de déterminer les produits commercialisables aux plans national et international, dont le concentré de fer, les boulettes de fer ainsi que les produits semi finis à l’exemple des pellets». Le ministre a évoqué également le programme de développement du secteur des Mines et de développement de grands projets industriels miniers visant à valoriser les ressources minérales locales, à l’instar des projets de transformation du phosphate (Tébessa), d’exploitation du zinc et du plomb dans la vallée d’Amizour (Bejaïa) et de développement de la mine de fer à Gara Djebilet. M. Arkab a procédé au lancement des travaux d’exploitation de la mine de fer de Gara Djebilet (Tindouf), dans le cadre de sa visite dans la wilaya de Tindouf, où il a également inauguré et lancé plusieurs projets d’électricité et de gaz. Le lancement des travaux d’exploitation de la mine de Gara Djebilet s’est déroulé en présence du wali de Tindouf, des autorités locales, de cadres du ministère et de plusieurs directeurs des entreprises relevant du secteur.
F. L.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img