22.9 C
Alger
samedi 25 juin 2022

Migrations irrégulières: Rome et Tunis renforcent leur coopération

La ministre italienne de l’Intérieur, Luciana Lamorgese, a annoncé, lors d’une visite à Tunis jeudi, la création d’un canal d’échanges directs entre Tunis et Rome afin de coordonner la lutte contre les migrations irrégulières, après des pics d’arrivées à Lampedusa.

Par Mondji B.

Mme Lamorgese et la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, ont proposé des aides économiques à la Tunisie qui peine à rembourser ses dettes, en échange d’un effort accru de Tunis pour empêcher les migrants d’arriver en Europe.
«L’Italie a eu la confirmation de la volonté de la Tunisie d’instaurer une ligne directe entre nos deux pays pour échanger des informations sur les départs irréguliers», a-t-elle déclaré après une rencontre avec le Chef du gouvernement, Hichem Mechichi, qui est aussi ministre de l’Intérieur par intérim.
En outre, «les autorités tunisiennes ont accepté plus de flexibilité dans les règles de rapatriements de personnes arrivées irrégulièrement en Italie», selon un communiqué du ministère italien de l’Intérieur.
«Nous avons obtenu des résultats politiques très encourageants après nos discussions aujourd’hui», a estimé de son côté la commissaire européenne Johansson, saluant la mise en place de cette «hotline».

Migrants : l’UE cherche un accord avec la Tunisie et la Libye
L’Union européenne est en discussion avec la Tunisie pour un accord qui proposerait à ce pays de l’aide économique en échange d’un effort accru de sa part pour empêcher les migrants d’arriver en Europe, a annoncé jeudi un haut responsable européen.
La commissaire européenne pour les affaires intérieures, Ylva Johansson, a déclaré au journal italien «La Repubblica» que des discussions similaires avaient également commencé avec la Libye.
L’Italie réclame constamment que les autres pays européens l’aident à faire face aux arrivées de plus en plus importantes de migrants, qui tentent la traversée vers son île de Lampedusa, proche des côtes tunisiennes et libyennes.
Mme Johansson a expliqué dans son interview à «La Repubblica» que Bruxelles était en train d’organiser «un réseau d’aide bénévole» pour cet été, en attendant une solution plus pérenne avec un accord sur le partage des migrants entre pays européens.
Mais «nous cherchons aussi à bloquer les départs de migrants vers l’Europe», a-t-elle expliqué, notamment grâce à cet accord avec la Tunisie, qui devrait être conclu d’ici la fin de l’année.
La responsable européenne a expliqué qu’elle se rendrait jeudi en Tunisie avec la ministre italienne de l’Intérieur, Luciana Lamorgese, «pour travailler sur un accord qui accorderait à ce pays une aide pour son économie, qui a terriblement souffert de la crise provoquée par le coronavirus, mais aussi des ressources pour lui permettre de mieux combattre les trafiquants d’êtres humains».
«Il y aura des fonds européens pour l’économie, les investissements, l’emploi. De leur côté, les autorités tunisiennes s’engagent à mieux surveiller leurs frontières, pour renvoyer dans leur pays les migrants qui ne sont pas des réfugiés, et à rapatrier leurs citoyens qui sont partis pour l’Europe illégalement», a-t-elle expliqué.
Et des discussions sont en cours avec le gouvernement libyen du Premier ministre Abdulhamid Dbeibah, pour un accord sur un meilleur contrôle des départs de migrants des côtes libyennes, a-t-elle ajouté, estimant qu’il «n’était pas nécessaire d’attendre les élections de décembre dans ce pays».
M. B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img