9.9 C
Alger
mercredi 30 novembre 2022

Massif forestier de Yakourène (Tizi Ouzou): Le lac vert, un nouveau site de prédilection des randonneurs

Les randonneurs sont de plus en plus nombreux à se rendre sur un nouveau site naturel, le lac vert, dans le massif forestier de Yakourène (42 km à l’est de Tizi Ouzou). Ce lac est peu connu mais commence à attirer de plus en plus de visiteurs.

Par Hamid Messir

Ce site a été au programme de la randonnée organisée mardi par des jeunes du village Ait Aicha, dans la commune d’Idjeur (60 km à l’est de Tizi Ouzou). Le rendez-vous a été fixé au village Bouaouane, de la même commune au lever du jour. Jeunes et moins jeunes ont pris part à la randonnée entamée depuis le mausolée Sidi El Hadi, perché en haut du même village. Avant l’entame de la randonnée, le guide Athmane détaille le circuit et insiste sur les consignes et le règles de la sortie en montagne, notamment ne pas jeter des déchets et observer la meilleure conduite en pareil milieu, afin de ne pas déranger la quiétude de la faune sauvage. Après près de deux heures marche le long d’une piste agricole, la première halte, à savoir, la visite du lieu-dit Afroun où est perché, à plus de
1 200 mètres d’altitude, un poste de vigile datant de l’ère coloniale. Du poste, le randonneur aujourd’hui et le vigile de l’époque coloniale, dominent toute une zone de la forêt de Tamgout chevauchant entre les wilayas de Béjaia et Tizi Ouzou. A moins de 500 mètres, se trouve le second site de la randonnée, Azrou laghriv (le rocher d’émigration). Selon la légende, celle ou celui qui réussira à traverser un passage au milieu du rocher son destin est connu, il ne quittera pas le pays contrairement à celle ou celui qui ne réussira pas ce test. «Azrou laghriv» est l’un des titres phares du chanteur kabyle feu Matoub Lounes. Ce dernier l’aurait composé pour rendre hommage à la région pour ses liens familiaux mais aussi pour évoquer la légende. Le guide Athmane siffle la fin de la visite du site et relance la randonnée pour rallier le lac vert. Sur le chemin, au milieu d’une forêt affectée par des incendies comme en témoignent des cèdres à terre ou encore amochés par les flammes, le guide nous fait visiter une vieille bâtisse en ruine datant de l’occupation française et ayant servi de poste aux forestiers, après avoir emprunté une tranchée sur plusieurs centaines de mètres, réalisée par les éléments de l’Armée nationale populaire pour débarrasser une zone de ses nombreuses caches terroristes. Puis nous rejoignons une autre piste agricole. Après plus de deux heures de marche, nous atteignons le lac vert. Sa couleur verte rajoute à la verdure aux cèdres qui l’entourent. Les randonneurs sont invités à marquer la pause-déjeuner d’une heure et demie, avant le départ pour le chemin du retour. La beauté du site incite à immortaliser les moments de la visite. Smartphones et appareils photo à la main, les randonneurs scrutent les paysages sous différents angles, à la recherche du meilleur angle pour immortaliser la beauté du site. Le chemin du retour a été plutôt court, empruntant des raccourcis que le guide connaît parfaitement. Après plus de deux heures marche, nous regagnons le point de départ mais sans manquer de cueillir des champignons au milieu d’une prairie soigneusement clôturée avec du bois pour préparer le foin aux animaux domestiques durant la période d’été.

H. M.

Article récent

Le 30 Novembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img