16.9 C
Alger
samedi 10 décembre 2022

Marchés : Les Bourses mondiales gardent un cap positif

Les Bourses mondiales maintenaient leur tendance à la hausse mardi, grâce à des résultats d’entreprises meilleurs qu’attendu, et malgré un contexte économique toujours fragile.

Par Salem K.
Les places européennes se sont octroyées leur quatrième séance de gains consécutive : Paris a pris 0,44 %, Francfort 0,92 %, Londres 0,24 % et Madrid 0,72 %, soutenues par le reflux des prix du gaz.
Wall Street poursuivait elle aussi l’élan de la veille, soutenue par des résultats d’entreprises meilleurs que prévu : le Dow Jones avançait de 1 % et le Nasdaq de 1,07 % vers 16h15 GMT.«Les chiffres trimestriels de la banque d’investissement Goldman Sachs et de Johnson&Johnson soutiennent aujourd’hui les marchés», a commenté Andreas Lipkow, pour Comdirect.
«Jusqu’à présent, les bénéfices des entreprises ont très bien résisté, mais nous doutons que cette tendance se poursuive face à la détérioration de la conjoncture économique», tempère Paul Quinsee, directeur de la gestion actions internationales chez JPMorgan AM.
Les cours du pétrole se repliaient mardi en réaction aux perspectives moroses pour la demande et à des spéculations sur un recours peut-être plus important que prévu aux réserves stratégiques américaines, tandis que le gaz naturel poursuivait son déclin en Europe.

Le dollar s’essouffle, le resserrement à venir de la Fed est digéré
Le dollar marquait le pas mardi après l’accalmie de la situation au Royaume-Uni et le retour de l’appétit pour le risque, la perspective d’un taux directeur de la banque centrale américaine (Fed) très élevé début 2023 ayant été largement digérée.
Vers 20h40 GMT, l’euro grapillait 0,21 % face au billet vert, à 0,9862 dollar pour un euro.
Le billet vert reculait aussi face au franc suisse, au real brésilien et à la plupart des grandes devises asiatiques.
«Le dollar effectue un démarrage poussif cette semaine», a observé Joe Manimbo, de Convera, dans une note.
Le «greenback» qui coince, c’est, pour l’analyste, la conséquence du revirement politique au Royaume-Uni, qui a vu le gouvernement renoncer à la plupart des baisses d’impôts annoncées fin septembre, lesquelles avaient fait redouter aux investisseurs un dérapage des finances britanniques.
Cette volte-face a stabilisé le marché obligataire britannique et ressuscité la livre sterling, redonnant, plus généralement, aux cambistes le goût du risque.

Wall Street conclut en hausse pour le deuxième jour d’affilée
La Bourse de New York a clôturé en hausse mardi pour le deuxième jour d’affilée dans le sillage de résultats d’entreprises meilleurs que prévu, mais l’optimisme a perdu de l’élan en deuxième partie de séance.
L’indice Dow Jones a gagné 1,14 %, le Nasdaq 0,90 % et l’indice élargi S&P 500 1,16 %, selon des résultats provisoires.

Royaume-Uni : l’inflation accélère à 10,1 %
L’inflation a accéléré à 10,1 % sur douze mois au Royaume-Uni, nourrie par une forte hausse des prix de l’alimentation, qui ont connu leur plus forte envolée en quarante ans, en pleine crise du coût de la vie au Royaume-Uni.
Dans son rapport mensuel mardi, l’Office national des statistiques (ONS) précise que la flambée des prix au Royaume-Uni, la plus forte des pays du G7, a été partiellement atténuée par un repli des prix des carburants.
S. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img