16.9 C
Alger
samedi 10 décembre 2022

Marche

Dès fin août, La France Insoumise avait commencé à promouvoir sa grande marche «contre la vie chère et l’inaction climatique» qui s’est tenue ce dimanche à Paris. Une marche qui devait rassembler des centaines de milliers de personnes et envoyer un message décisif au gouvernement. Mais au final, la démonstration de force de Jean-Luc Mélenchon a fait pschitt. Car si elle est loin d’être un échec, elle est encore plus loin d’être une réussite. Ce n’était certes pas un bide, mais certainement pas un triomphe. La manifestation, organisée le 16 octobre à Paris par la Nupes, a rassemblé 140 000 personnes selon les organisateurs, et 30 000 selon la police, dont l’évaluation est confirmée par le cabinet Occurrence, mandaté par un collectif de médias. Jean-Luc Mélenchon voulait ce cortège depuis juillet. Il a redit sur son blog le 11 octobre qu’il entendait en faire «le moment clef de la séquence politique actuelle, celui qui montrera le rapport de force central de la société : Macron contre le peuple/le peuple contre Macron». Cette marche se voulait centrée sur la personne du président, de ce fait les habituels et incontournables slogans contre l’extrême-droite étaient absents. «Macron change rien, je sens qu’ça va bien», disait une pancarte portée par une manifestante. Les revendications en faveur de l’environnement, quant à elles, se trouvaient noyées dans la masse des mots d’ordre sociaux. En fin de manifestation, la police a chargé deux fois place de la Bastille, mais brièvement. Personne ne semblait presser de s’attarder sur les lieux. En conclusion de la journée, les prises de parole des leaders Insoumis ont été très brèves, les organisateurs appelant à se retrouver le mardi 18 octobre pour la prochaine manifestation, organisée cette fois par les syndicats. Jean-Luc Mélenchon s’est exprimé une seule fois pendant la manifestation, pour dénoncer le recours au 49-3 et la réforme des retraites. Lors de son allocution, le chef de file des Insoumis semblait déjà avoir accepté l’échec de son grand rendez-vous, évoquant déjà la manifestation du 18 octobre, la présentant comme l’occasion de créer «la conjonction de la mobilisation populaire, de la mobilisation syndicale et de la crise institutionnelle», ce qui revient à admettre que le 16 octobre n’a pas atteint cet objectif. Sur son compte Twitter, il parlait au soir du défilé d’un «immense succès». D’un autre côté, Mélenchon n’a pas d’autre choix que de se montrer positif, même si l’on sent qu’il se force pour tenter de motiver les Français à se déplacer pour la manifestation d’aujourd’hui. Peut-être que les multiples scandales qui ont frappé ces derniers mois La France Insoumise, et surtout leur gestion calamiteuse par le parti d’extrême-gauche, ont refroidi nombre de personnes.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img