26.9 C
Alger
dimanche 26 juin 2022

Malgré les récentes pluies Les barrages n’arrivent toujours pas à se remplir à moitié

L’Algérie dispose actuellement de 2,1 milliards de mètres cubes (m3) d’eau dans ses barrages, a indiqué le secrétaire général du ministère des Ressources en eau, Omar Boukaroua. Cela représente 37 % des capacités de stockage, estimées à 9 milliards de mètres cubes.
M. Bougaroua, qui s’exprimait, hier, au Forum de la Radio nationale, a déclaré que la stratégie arrêtée par le ministère de tutelle vise à parvenir à emmagasiner 12 milliards de m3 d’eau. Pour ce faire, il a été procédé au lancement de travaux au niveau de 5 grands barrages.
L’orateur a aussi expliqué que les mesures d’urgence prises et les projets stratégiques mis en place ont pour objectif de renforcer les réserves d’eau du pays et rationaliser la consommation afin d’atteindre 12 milliards de m3. Cela permettra également de faire face et de s’adapter aux changements climatiques, comme il est question d’utiliser les eaux non conventionnelles, telles que le dessalement de l’eau de mer et le traitement des eaux usées.
Omar Bougaroua a indiqué que l’Algérie dispose de 75 barrages en exploitation et cinq autres infrastructures hydrauliques seront mises en service prochainement. A cela s’ajoutent cinq autres barrages qui sont en cours de réalisation dans différentes régions du pays. Ce responsable au ministère des Ressources en eau a tenu, par ailleurs, à préciser que les barrages ne représentent que 33 % des ressources en eau produites à l’échelle nationale. 50 % des quantités utilisées sont des eaux souterraines et 17 % proviennent des stations de traitement. Selon lui, les wilayas les plus alimentées à partir des eaux des barrages, durant les deux dernières années, sont celles qui avaient connu le plus grand déficit dans l’alimentation en raison de la rareté des précipitations. Faut-il rappeler, par ailleurs, que l’alimentation en eau est devenue un véritable casse-tête pour les autorités publiques. Il y a quelques jours, le ministre des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique, Karim Hasni, intervenant devant la commission de l’habitat, de l’équipement, de l’hydraulique et de l’aménagement du territoire de l’APN, a affirmé que l’alimentation en eau dans la capitale connaîtra une amélioration durant le mois de ramadhan. Il a indiqué que «les capacités productives quotidiennes de la wilaya d’Alger passeront de 750 000 m3/jour à 850 000 m3/jour durant le mois de ramadhan, en attendant d’atteindre 900 000 m3/jour en été». Concernant la faible pluviométrie enregistrée en raison des changements climatiques, le ministre a indiqué que la sécheresse qu’avait connue l’Algérie l’année dernière, à l’instar de plusieurs pays du monde, était à l’origine de la baisse du niveau d’eau dans les 22 barrages. Il s’agit, selon le ministre, de 5 barrages dans l’Ouest du pays, six dans le bassin du Chélif, 8 dans le Centre et 3 barrages dans la région eEt. Il est à préciser que le taux national de remplissage des barrages annoncé en février dernier a été de 37,66 %, le même que celui de ce mois de mars. Une stagnation due aux peu de pluies enregistrées en un mois à travers le territoire national. Pour faire face à cette situation de stress hydrique, le ministère avait lancé un programme de réalisation de 700 forages, dont 320 ont déjà été mis en service.
Massi Salami

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img