20.9 C
Alger
samedi 25 juin 2022

Malgré les appels à la vigilance / Monoxyde de carbone: le ravageur silencieux

Le monoxyde de carbone poursuit son ravage, et ce, malgré les appels à la vigilance et les campagnes de sensibilisation sur les risques liés à l’intoxication t à l’asphyxie au CO.

Par Thinhinane Khouchi

Les services de la Protection civile recensent quotidiennement de nouvelles victimes. En effet, le tueur silencieux fait des ravages. Des drames ont lieu chaque année où des familles entières meurent asphyxiées par le monoxyde de carbone. Selon les récents communiqués des services de la Protection civile, «quatre personnes ont perdu la vie par asphyxie au monoxyde de carbone et deux autres ont été sauvées, samedi (20h45) par les éléments de la Protection civile au niveau d’un appartement sis au deuxième étage d’un bâtiment dans la cité Zaaroura», a-t-on appris du chargé de l’information à la direction de la Protection civile, le lieutenant Rabah Boukhari. Selon les informations préliminaires, une famille composée de six personnes s’est installée pendant deux jours dans ledit appartement après son arrivée de la ville de Béchar, jusqu’à ce que cet incident se produise, faisant quatre morts, à savoir la grand-mère âgée de 78 ans et ses trois petits-enfants âgés de 6, 15 et 17 ans, dont les corps sans vie ont été transportés à la morgue de l’hôpital Youcef-Damardji à Tiaret, a précisé le même responsable. Les deux autres personnes sauvées de la même famille, âgées de 28 et 45 ans, ont été placées sous surveillance médicale dans le même hôpital et leur état de santé est stable, a-t-on ajouté. Les services de police ont ouvert une enquête pour déterminer les circonstances de cet accident. En outre, Un quadragénaire a trouvé la mort, asphyxié par le monoxyde de carbone, dans la commune d’Azil Abdelkader (wilaya de Batna), a indiqué, samedi, la cellule de communication de la Direction de la Protection civile. La victime a été trouvée morte à son domicile familial, dans la mechta Thaâleb relevant de cette commune reculée, à côté d’un réchaud traditionnel fonctionnant au gaz butane, a indiqué la même source. La dépouille de la victime a été évacuée par les agents de la Protection civile vers la morgue de l’hôpital de Barika. Une enquête a été ouverte par les services de sécurité territorialement compétents pour déterminer les circonstances de cet incident. A ce propos, la Protection civile rappelle aux citoyens les consignes de sécurité obligatoires à suivre «rigoureusement», permettant de préserver et protéger leurs vies. Il s’agit, entre autres, de penser toujours à ventiler le logement lors de l’utilisation d’appareils de chauffage, d’aérer au moins 10 minutes par jour et n’obstruer jamais les entrées et les sorties d’air de votre logement, de ne pas se servir de tels appareils dans des pièces dépourvues d’aération, de ne pas utiliser comme moyens de chauffage Tabouna ou des appareils de cuisson et d’entretenir et régler régulièrement les appareils par un professionnel. Les services de la Protection civile appellent les citoyens à être vigilants et prendre au sérieux les consignes pour éviter des accidents mortels.

T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img