22.9 C
Alger
lundi 5 décembre 2022

Malgré les aides financières pour compenser les pertes: Les transporteurs s’impatientent de reprendre leur activité

Afin de compenser les pertes qu’ils ont subies pendant 8 mois, les transporteurs inter-wilayas (bus et taxis), malgré les aides financières qui leur ont été accordées récemment, réclament la reprise de leurs activités au plus vite. Se félicitant de la dernière décision prise par le Premier ministre à leur égard, l’Union nationale des transporteurs, la Fédération nationale des transporteurs et l’Union des commerçants espèrent que la reprise des transporteurs inter-wilayas ne tardera pas. En effet, pour Boucherit Abdelkader, président de la Fédération de transport des voyageurs et des marchandises affiliée à l’UGCA, «la décision du gouvernement d’aider financièrement les transporteurs inter-wilayas est une bonne chose, car elle est venue atténuer les dommages qu’ils ont subis, après avoir cessé leurs activités depuis mars dernier, en raison du confinement décidé. Cependant, nous ne pouvons pas dire que cette décision est considérée comme une compensation des pertes des transporteurs, ce n’est qu’un soulagement pour eux et seulement une aide». Il a appelé donc à la reprise prochaine du transport inter-wilayas et à l’octroi de cette aide à tous les transporteurs, y compris ceux qui ont récemment repris leurs activités. «Les propriétaires de transport, bus et taxis urbains, même s’ils ont été autorisés à reprendre leur activité récemment, ne travaillent qu’à 50 % de leur activité normale… Ils méritent donc l’aide de l’Etat», a-t-il indiqué. De son côté, le président de l’Union nationale des transporteurs (Unat), Mohamed Bellal, a fait part, après s’être félicité de la mesure d’aide, de quelques précisions sur le mode de perception de l’aide financière accordée aux propriétaires de bus assurant des liaisons inter-wilayas, «afin que nos adhérent soient fixés», a-t-il souligné. Ainsi, selon le président de l’Unat, une première tranche de 45 000 DA sera versée prochainement tandis que le reste, soit l’autre moitié, le sera à partir de février 2021. Comme il a concédé que ces aides «quoique symboliques, seront d’un secours pour les transporteurs qui, depuis sept mois, accusent un manque à gagner considérable». «Leur salut serait de reprendre la route au plus vite», nous a témoigné Mohamed Bellal. Sur ce dernier point, il reste optimiste quant à la reprise du service des transports de voyageurs dans les prochaines semaines. «Le gouvernement se penche sur la question, c’est du moins ce que nous a rapporté le ministre du secteur Lazhar Hani lors de notre dernière rencontre avec les responsables d’organisations syndicales relevant du secteur des Transports», a-t-il déclaré. De son côté, le président de l’Association nationale des commerçants et artisans, Boulenouar El Hadj Tahar, a salué la décision du gouvernement, considérant que de nombreux secteurs et services «ont souffert depuis la propagation de la pandémie de corona dans le pays», soulignant que l’autorité «a fait tout ce qui était en son pouvoir pour soulager de nombreux pères de famille dont la source de revenus s’est arrêtée en raison des mesures de fermeture». Il considère que «l’aide décidée pour les transporteurs est faible par rapport aux pertes causées suite à la suspension de leurs activités». Il adhère à la demande de reprise de leur activité, appelant au respect des conditions de prévention du coronavirus.

Thinhinene Khouchi

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img