12.9 C
Alger
samedi 3 décembre 2022

Maladies chroniques: La consultation du médecin, primordiale pour le jeûne

Des spécialistes en médecine interne, des diabétologues et des cardiologues recommandent
aux personnes atteintes de maladies chroniques de consulter le médecin avant d’accomplir le jeûne, afin d’éviter d’éventuelles complications.

Par Faten D.

Avec l’avènement du mois sacré, de nombreux malades chroniques, notamment les personnes âgées, tiennent à observer le jeûne, ce qui expose plusieurs d’entre eux à de graves problèmes de santé pouvant conduire au coma et parfois même au décès.
Le chef de service de cardiologie au CHU Nafissa-Hamoud (ex-Parnet), Pr Djamal Eddine Nibouche, a affirmé, dans une déclaration à l’APS, que les personnes souffrant de maladies chroniques, en particulier de maladies cardiovasculaires et qui s’obstinent à jeûner, sont exposées à des troubles, d’autant plus que la durée du jeûne est de 14 heures par jour.
Le manque et la qualité du sommeil pèsent énormément sur les malades souffrant d’insuffisance cardiaque par exemple, a-t-il expliqué.
Concernant les personnes souffrant d’hypertension artérielle, les avis sur la possibilité de jeûner varient selon le type de médicaments prescrits pour chaque patient. Dans le cas où la durée entre les prises est courte, il est strictement interdit de jeûner.
Quant aux personnes atteintes de maladies coronariennes, d’hypertension artérielle ou
d’arythmie cardiaque, lorsque les cas sont stables, elles peuvent accomplir le jeûne, à condition de maintenir le même mode de vie mené avant le mois sacré, explique le spécialiste.
Les mêmes conseils ont été prodigués par le chef de service cardiologie en ce qui concerne la quantité d’aliments et le taux de sel à consommer pendant le repas de l’Iftar et du S’hor, lequel a souligné l’importance de répartir le repas en plusieurs portions, le cœur se trouvant affaibli après un repas trop copieux consommé rapidement.
Il a insisté, en outre, sur une bonne hydratation de l’organisme, à travers un apport hydrique raisonnable en eau.
Concernant le sport, le spécialiste a déconseillé toute activité physique pendant les heures du jeûne mais a recommandé, néanmoins, la marche après une demi-heure de l’Iftar.
Le chef de service de médecine interne à l’Etablissement public hospitalier (EPH) Birtraria, Pr Amar Toubaibia, a souligné l’importance pour les malades chroniques souffrant de diabète, d’hypertension artérielle, de cardiopathie, de maladies respiratoires ou d’infections, de se conformer aux consignes de leurs médecins traitants pour éviter toute complication pouvant mettre leur vie en péril.
Lorsque le malade chronique est apte au jeûne, un programme spécial lui est tracé par son médecin traitant quant à l’heure de la prise des médicaments et leur répartition par rapport aux repas de l’Iftar et du Shor, outre les conseils sur l’alimentation à adopter et l’importance de bien dormir (8 heures), affirme le spécialiste.
Il a cité, dans ce sens, l’exemple des diabétiques tenus en plus de la prise régulière de leurs médicaments, à contrôler leur glycémie et à rompre immédiatement le jeûne en cas d’irrégularité ou d’anomalie, précisant que les médecins déconseillent le jeûne pour les diabétiques de type 1 sauf après des analyses biologiques probantes.
F. D.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img