26.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

Lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent en Afrique: Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République

Le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, a présenté, samedi à Malabo (Guinée équatoriale), un exposé sur le rapport soumis par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, au Sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA) sur le terrorisme et les changements anticonstitutionnels de gouvernement en Afrique, en sa qualité de leader de l’UA en matière de prévention et de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent.

Par Hamid N.
Représentant le président de la République, le chef de la diplomatie algérienne a indiqué que ce 16e Sommet extraordinaire «revêt une importance extrême et intervient à point nommé, à la lumière de défis croissants et effrénés imposés par les menaces croissantes que font peser le terrorisme et l’extrémisme violent en Afrique».
«La propagation de ce fléau dans le continent africain est tributaire de l’ampleur du volume et de l’intensité des attaques terroristes qui ciblent aussi bien les forces armées des pays membres que les civils (…) Nous faisons face aux menaces les plus dangereuses sur la paix, la stabilité et le développement dans le continent», a-t-il mis en garde.
Il a appelé, par là même, à s’«intéresser de plus près à nombre de facteurs qui ont favorisé la propagation de ce fléau violent, à l’instar du déplacement et du retour des combattants étrangers, vaincus dans d’autres zones de conflits, particulièrement au Proche- Orient, du redéploiement des groupes terroristes et l’exploitation de l’espace virtuel pour faire l’apologie de leurs actes, ce qui l’érige en nouveau front dans notre guerre contre le terrorisme et l’extrémisme violent, sans oublier les liens de plus en plus larges entre le terrorisme et le crime organisé transfrontalier, dont le trafic de drogue, la traite d’humains, la migration clandestine, l’exploitation illicite des ressources naturelles et le paiement de rançons».
«Autant de facteurs qui renforcent les capacités des groupes armées, auxquels s’ajoute l’impact négatif du phénomène de changements anticonstitutionnels de gouvernement en Afrique, en termes d’affaiblissement des institutions publiques (institutions relevant des Etats), d’escalades sur la scène sécuritaire déjà vulnérable dans de nombreux pays africains, notamment dans la région sahélo-saharienne», a poursuivi M. Lamamra, rappelant que la lutte contre le terrorisme «nous interpelle à l’effet de faire montre d’un haut degré de vigilance, de mobilisation et de coopération».
«Partant de sa douloureuse mais réussie expérience en matière de lutte antiterroriste, l’Algérie qui a payé un lourd tribut durant les année 90, face au mutisme ô combien retentissant de la communauté internationale, n’a eu de cesse d’affirmer que devant une menace aux proportions mondiales, la coopération internationale et la solidarité deviennent deux nécessités impérieuses».
M. Lamamra a appelé, dans ce sens, les partenaires internationaux «à augmenter leurs aides en faveur des pays africains membres pour soutenir leurs efforts en matière de lutte antiterroriste, en se focalisant sur le traitement des principales causes de ce fléau».
Il a mis en avant «le besoin de davantage de coopération de la part de nos partenaires en préservant leurs terres de toute exploitation par des terroristes, pour mener des actes subversifs ou soutenir des actes terroristes d’une quelconque manière contre d’autres pays».
«Il en est de même pour le tarissement des sources de financement du terrorisme qui exige une coopération internationale forte et conforme au cadre juridique actuel», a-t-il soutenu, notant que «l’Afrique doit être plus déterminée à exprimer le besoin pressant d’opérer des changements et mutations indispensables en vue de former un nouveau modèle des opérations de paix onusiennes, mieux adapté au contexte de lutte contre le terrorisme». Au niveau continental, «si nous reconnaissons avoir énormément investi à titre individuel et collectif dans le développement des outils juridiques et pratiques nécessaires, nous devons néanmoins admettre que nos efforts sont demeurés divisés et il est clair qu’ils ne s’accordent ni à l’ampleur ni à la gravité de la menace terroriste».
M. Lamamra a également insisté sur l’impératif d’«adapter et de mieux cibler nos outils et interventions pour une riposte collective efficace et durable», préconisant «l’accélération de la mise en application de plusieurs décisions importantes en suspens, liées à l’élaboration d’une liste africaine des groupes terroristes, des entités et individus y compris les combattants terroristes étrangers».
Il est revenu aussi sur l’importance du développement et de l’activation d’un mandat d’arrêt africain contre les accusés et condamnés pour des actes terroristes et du Fonds de l’Union africaine de prévention et de lutte contre le terrorisme, et la réactivation de la commission du Conseil de paix et de sécurité sur la lutte contre le terrorisme, voire l’élaboration d’un 2e plan d’action africain de prévention et de lutte contre le terrorisme.
M. Lamamra a insisté sur l’importance de «consentir davantage d’effort pour libérer et encourager les mécanismes et agences spécialisés déjà en place, à l’image du CAERT (Centre africain d’études et de recherches sur le terrorisme), d’AFRIPOL (Mécanisme africain de la coopération policière) et du CISSA (Comité des services de renseignement et de sécurité en Afrique), afin de leur permettre d’accomplir pleinement leurs missions en tant que composantes essentielles de la stratégie de l’UA de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent».
«A travers l’expérience vécue par l’Algérie, nous sommes parvenus aussi à réaliser que vaincre le terrorisme seulement par des moyens militaires est insuffisant, car ce fléau trouvera toujours un moyen pour ressurgir», a expliqué M. Lamamra, relevant que «notre réponse collective doit reposer sur une stratégie complémentaire et globale à mettre en œuvre en amont et en aval».
A ce propos, il a mis l’accent sur la nécessité de «traiter les véritables causes du terrorisme et lutter contre l’extrémisme et la propagande terroriste, notamment auprès des jeunes», outre le «traitement des répercussions désastreuses induites par le terrorisme sur la société (tarissement du bourbier), y compris par le soutien aux victimes et le traitement de la question de réinsertion de manière convenable ainsi que la nécessité de rétablir et renforcer la confiance des peuples en la capacité de leurs gouvernements à répondre à leurs besoins».
H. N.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img