25 C
Alger
mercredi 21 octobre 2020

Loi sur la monnaie et le crédit La boussole des réformes conomiques

REGARD

Le temps des grands changements s’annonce dans la gestion des affaires économiques du pays. Si à ce jour, sous l’impact de la pandémie de Covid-19, les autorités n’ont fait que dans le «colmatage» des brèches, une réelle politique économique semble se dessiner en perspective. Le président de la République a clairement affiché son intention de réformer la législation intrinsèque aux affaires économiques, ce dimanche, en annonçant la révision prochaine de la loi sur la Monnaie et le Crédit et l’engagement d’une réflexion sur la création de mécanismes pour couvrir les risques de change encourus par les opérateurs économiques en raison de la dépréciation de la monnaie nationale.
Le chef de l’Etat a déclaré, dans ce contexte, que toutes les lois régissant les secteurs économiques doivent être révisées, citant particulièrement la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit. «Nous nous dirigeons aujourd’hui vers une économie ouverte sur le monde. Il faut que la loi sur la Monnaie et le Crédit soit révisée. Il faut aller vers une réforme bancaire et fiscale absolue et à fond», dira-t-il à ce propos.
En effet, on ne peut envisager une quelconque réforme, notamment bancaire, sans aller vers une révision de la «loi mère», celle de la Monnaie et du Crédit, qui dans le monde de la finance locale est considérée comme la «Constitution» qui régit toutes les autres lois. Instaurée par la loi 90-10 du 14 avril 1990, légèrement modifiée par ordonnance à trois reprises (2003, 2010 et 2017), cette loi a été introduite dans un contexte particulier de crise financière aiguë de la fin des années 80, et sous impulsion des institutions financières internationales, plus précisément celle du Fonds monétaire international (FMI), qui avait dicté ses lois à un pays au bord de la faillite. Pour les spécialistes, cette loi avait introduit pour la première fois en Algérie la rationalité et les règles de l’orthodoxie bancaire universelle, octroyant  une plus grande autonomie au système bancaire et financier et une indépendance totale de la Banque d’Algérie, placée sous autorité du président de la République, chargée de la politique monétaire et exerçant distinctement du ministère des Finances relevant du gouvernement, chargé de la politique budgétaire. En plus de ses opérations d’émission de la monnaie, la Banque d’Algérie assure les conditions favorables à un développement harmonieux de l’économie, tout en veillant à la stabilité de la monnaie et au bon fonctionnement du système bancaire en respectant les règles prudentielles.
Ainsi, aucune réforme économique n’est possible sans celle du système bancaire et cette dernière ne peut voir le jour sans passer par la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit. Reste à savoir vers quelle nouvelle loi la finance nationale va s’acheminer, le contexte mondial a complètement été chamboulé par la pandémie de Covid-19, les rapports de force dans l’économie mondiale sont en passe de connaître un véritable chassé-croisé et les pays ont tendance à se recroqueviller, de plus en plus, dans des politiques économiques protectionnistes. Le retour de l’Etat-providence se profile avec son lot de règles et de lois, complètement différentes de celles connues depuis des décennies.
Les ateliers économiques que le Président compte organiser immédiatement après le référendum du 1er novembre prochain traceront sans doute les contours de la nouvelle politique économique du pays et surtout ceux de notre nouvelle loi sur la Monnaie et le Crédit. Wait and see…

Mourad Hadjersi

Article récent

Djerad donne aujourd’hui à Batna le coup d’envoi: Une rentrée scolaire pas comme les autres

Après plusieurs mois de confinement, les élèves reprennent aujourd'hui le chemin de l'école. Une rentrée scolaire particulière qui intervient dans une conjoncture...
--Pub--

Articles de la catégorie

Djerad donne aujourd’hui à Batna le coup d’envoi: Une rentrée scolaire pas comme les autres

Après plusieurs mois de confinement, les élèves reprennent aujourd'hui le chemin de l'école. Une rentrée scolaire particulière qui intervient dans une conjoncture...

Coronavirus: 223 cas et 8 décès en 24 heures

L'Algérie a enregistré 8 nouveaux décès du coronavirus ces dernières 24 heures, un cas de moins qu'hier (9), portant à 1 873...

APN: Levée de l’immunité parlementaire de Mohcine Belabas et Abdelkader Ouali

Mohcine Belabas, président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) a perdu, hier, son immunité parlementaire, suite au vote des...

Assainissement du secteur de l’information et organisation de la publicité publique: Ammar Belhimer «Consacrer le principe de transparence dans la gestion»

Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, a indiqué que la démarche d'assainissement du secteur de l'information et d'organisation...
- Advertisement -