25.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

L’œuvre de Mammeri revisitée : «Un legs incommensurable»

Il y a 23 ans que l’écrivain, anthropologue et linguiste, Mouloud Mammeri nous a quittés. Cependant, ses œuvres demeurent «un legs incommensurable», a considéré, vendredi, l’universitaire, Hacène Hellouane, du département de langue française de l’Université de Tizi-Ouzou.
La Bibliographie de Mouloud Mammeri «riche et diversifiée, témoigne de la grandeur intellectuelle de l’homme qui a accompli en une seule vie un travail titanesque qui en demande plusieurs», souligne l’universitaire, à la veille de l’anniversaire du décès de l’écrivain, disparu la nuit du 25 au 26 février 1989 dans un accident de voiture à Ain Defla. Rappelant ses différentes facettes de linguiste, anthropologue et d’homme de lettres, Hellouane a affirmé qu’en tant que linguiste, Mammeri a posé les fondements nécessaires à la préservation et au développement de la culture et de l’identité amazighes en comprenant, tôt, l’importance de l’écrit, qui a fait la grandeur de toutes les nations, pour parer au risque de disparition inéluctable qui les guettait. «Il a, alors, entamé un travail de collecte et nous a offert la méthodologie en incitant à revenir sur ce qu’ont fait et dit les anciens, et qui constitue un réceptacle, et s’est employé à mettre en place les règles (lexique et grammaire) et à constituer un vocabulaire, qu’il était allé chercher dans les différents dialectes, pour concevoir son dictionnaire, l’Amawal», a souligné l’universitaire. Ce travail, non seulement a permis de préserver d’énormes pans de notre Histoire et notre culture faite d’oralité, à travers la transcription de différents travaux constitue également, aujourd’hui, poursuit Hellouane, la «base incontournable de tous les travaux qui se font en cette langue».
En tant qu’homme de lettres, Mammeri a intégré l’universalité sans jamais se départir de sa culture, fait-il remarquer, relevant qu’«il était allé acquérir la culture de l’autre et est revenu développer la sienne avec». Ce cheminement choisi par Mammeri était motivé par 2 éléments principaux, «ses capacités intrinsèques et sa conscience de la nécessaire préservation et développement de sa culture», a-t-il dit. Loin de se renfermer sur soi, Mammeri a été «un homme d’ouverture qui a su apporter sa part à l’édifice de l’humanité sans se renier où se départir de sa culture», a relevé M. Hellouane.
Illustrant son propos, l’universitaire souligne que son roman «La colline oubliée», qui «d’apparence décrit un village oublié et paisible est, en fait, le reflet de tous les bouleversements qui secouaient le monde à l’époque». Aussi, ajoute-t-il, Mammeri, comme Kateb Yacine et d’autres écrivains de leur génération, «se servant de leur savoir, se sont employés à faire vivre à travers leurs œuvres leurs langue et culture, brisant ainsi le cliché de la suprématie des cultures savantes sur les cultures vécues».

F. H.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img