26.9 C
Alger
dimanche 26 juin 2022

L’infectiologue Elias Akhamouk alerte: Variole du singe : l’Algérie n’est pas à l’abri

Avec l’émergence de la variole du singe, l’Algérie n’est pas à l’abri, alerte l’infectiologue Elias Akhamouk, estimant qu’il est impératif d’installer des cellules de veille et de surveillance partout dans le pays.

Par Louisa A. R.

Après la pandémie deCovid-19, le monde est actuellement confronté à une nouvelle maladie qui est en train de se propager à grande vitesse dans plusieurs pays, notamment en Europe. Est-ce que l’Algérie est à l’abri d’une probable contagion de ce virus ? Le Dr Elias Akhamouk n’exclut pas l’arrivée de la variole du singe en Algérie, étant donné que le virus se propage dans des pays européens, dont certains sont proches de l’Algérie.
Invité de la rédaction de la Chaîne 3 de la Radio algérienne, le Dr Elias Akhamouk a prévenu contre l’éventuel relâchement dans la lutte contre ces épidémies. «Avec l’émergence de ces nombreuses maladies transmissibles, il est impératif d’installer des cellules de veille et de surveillance partout dans le pays», a-t-il appelé.
La prévention demeure l’ultime arme contre les épidémies et les pandémies, notamment la variole du singe qui guette le monde, a prévenu le chef du service des maladies infectieuses à l’EPH de Tamanrasset. Il a expliqué qu’il faut «installer des filtres dans nos frontières, comme ce fut le cas pour le Covid-19, mais aussi former le personnel de santé dans la prise en charge et le diagnostic de cette maladie».
Le spécialiste a pointé du doigt les rumeurs qui circulent à travers le monde sur l’apparition de ces pathologies. «Il n’est pas normal de dire que ces virus sont une fabrication des laboratoires. Cela peut prendre beaucoup de moyens pour mener des enquêtes approfondies à travers un traçage génétique», a-t-il regretté.

«Aucun cas détecté en Algérie»
Jusque-là, aucun cas suspect ou confirmé de l’infection à la variole du singe n’a été détecté ou enregistré en Algérie à ce jour, selon l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA).
L’Institut Pasteur d’Algérie s’engage à tenir informés les Algériens sur l’évolution de la situation liée à cette maladie via son site web www.pasteur.dz et sa page officielle Facebook.
Dans sa première note sur la variole du singe, l’Institut Pasteur explique l’origine de la maladie, ses symptômes et son mode de transmission. L’IPA explique que «le virus pénètre dans l’organisme par une lésion de la peau (même non visible), des voies respiratoires ou des muqueuses (yeux, nez ou bouche), alors que la transmission de l’animal à l’homme peut se faire par morsure ou griffure, par la préparation de viande de brousse, le contact direct avec des fluides corporels ou du matériel de lésion ou par contact indirect avec du matériel contaminé, par exemple par une literie contaminée». Il est également relevé dans la note d’information de l’IPA que «la transmission interhumaine se fait principalement par de grosses gouttelettes respiratoires», expliquant que celles-ci «ne peuvent généralement pas se déplacer à plus de quelques mètres, ce qui nécessite un contact prolongé en face à face». Les autres modes de transmission interhumaine comprennent «le contact direct avec les liquides organiques et le contact indirect avec le matériel souillé, par exemple par des vêtements ou du linge de maison contaminés», ajoute la même source. Pour ce qui est des mesures de prévention à observer, l’IPA précise que «tout comme pour le coronavirus, les gestes barrières peuvent être utiles», notamment le port du masque dans les lieux fermés et peuplés, le lavage des mains et la distanciation sociale. En ce sens, l’Institut recommande un nombre de mesures spécifiques à prendre afin de prévenir l’infection par ce virus, comme le «maintien au minimum d’une distance d’un mètre avec les autres personnes, surtout si elles toussent, éternuent ou présentent de la fièvre, éviter tout contact avec les animaux susceptibles d’héberger le virus, éviter tout contact avec des matériaux, comme la litière, qui ont été en contact avec un animal malade, et isoler les patients infectés des autres personnes qui pourraient être un risque d’infection».
L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img