22.9 C
Alger
mardi 9 août 2022

Libye: Williams discute avec les Libyens du retrait des combattants étrangers du pays

La Conseillère du secrétaire général de l’ONU pour la Libye, Stephanie Williams a discuté des efforts pour unifier les institutions militaires libyennes et faire avancer le processus de retrait des mercenaires, des combattants étrangers et des forces étrangères du pays.

Par Moncef Gh.

«J’ai eu une bonne rencontre aujourd’hui (jeudi) avec le général Mohamed Al-Haddad à Tripoli, au cours de laquelle nous avons discuté des efforts pour unifier les institutions militaires et faire avancer le processus de retrait des mercenaires, des combattants étrangers et des forces étrangères de Libye», a indique Mme. Williams dans un tweet, réitérant «le ferme soutien des Nations Unies à ces efforts». La diplomate américaine, a affirmé en outre avoir informé le responsable libyen de ses récentes consultations avec les partenaires régionaux et internationaux. «J’ai exprimé mon appréciation pour le patriotisme d’Al-Haddad et son attachement au principe du dialogue. J’ai également salué ses récentes rencontres avec le général de division Abdel Razek Al-Nadori et sa détermination à maintenir la stabilité et la paix en Libye», a ajouté dans un autre tweet. Selon l’ONU, il y aurait quelque 20 000 combattants étrangers sur le territoire libyen.

Stephanie Williams discute avec le Comité «410» de la réintégration des factions armées
La conseillère spéciale du secrétaire général des Nations unies pour la Libye, Stephanie Williams, a évoqué, mercredi, avec le Comité militaire «410» les moyens de réintégrer les personnes affiliées aux factions armées dans les institutions étatiques libyennes. «J’ai suivi de près le travail du Comité ainsi que ses plans de réintégration des factions armées dans les institutions de l’Etat et le secteur privé», a-t-elle écrit sur Twitter, à l’occasion de sa rencontre avec le chef du Comité militaire «410», Mahmoud Bin Yaza, à la base navale «Abu Sitta» à Tripoli. Le Comité affilié au chef d’état-major libyen lui a souligné que «la Libye est prête à prendre sous son aile les personnes concernées dans le cadre du programme de désarmement, démobilisation et réintégration. Sauf que ceci nécessite une certaine stabilité et une non-ingérence étrangère».
Les deux parties ont également discuté «des moyens de permettre aux Nations unies de soutenir les travaux du Comité du désarmement, à savoir l’échange d’expériences avec d’autres pays», a-t-elle précisé. En octobre dernier, le gouvernement libyen a lancé un projet national de réhabilitation et de réinsertion des jeunes affiliés aux factions armées et souhaitant intégrer les institutions étatiques.
M. Gh.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img