26.9 C
Alger
jeudi 6 octobre 2022

Les spécialistes alertent : «L’Algérie est déjà confrontée à une 3e vague»

La situation épidémiologique est source d’inquiétude pour les spécialistes de la santé qui s’alarment sur le rebond spectaculaire, ces derniers jours, des cas de contamination au Covid-19 et ses nouveaux variants.

Par Louisa Ait Ramdane

L’ensemble des spécialistes et responsables du secteur sanitaire s’accordent sur le rebond inquiétant de l’épidémie de coronavirus. Le pays se trouve bel et bien confronté à une troisième vague tant redoutée. L’épidémie semble donc de retour avec la saison estivale, caractérisée par la grande affluence des citoyens sur les lieux de détente, notamment les plages, d’où la nécessité de revenir aux mesures de prévention.«La situation actuelle de la pandémie est très préoccupante», avait alerté le Professeur Rachid Belhadj, directeur des activités médicales et paramédicales au CHU Mustapha-Pacha. Selon le spécialiste, l’Algérie est face à la 3e vague du Covid-19. «Nous sommes en train de vivre une troisième vague du Covid-19. C’est un scénario identique de la deuxième vague d’été 2020 avec quelques particularités, puisque maintenant ça commence à toucher les sujets jeunes», a-t-il indiqué. «Pour le CHU Mustapha, nous sommes en train de vivre des foules», a-t-il témoigné, précisant que son établissement assiste à une forte demande au niveau des hospitalisations, notamment en réanimation. «Nous avons enregistré aussi une hausse de la demande d’oxygène», a-t-il ajouté. Invité de la rédaction de la Chaine 3 de la Radio nationale, le Professeur Belhadj a indiqué qu’une réunion urgente est prévue afin d’«instruire l’ensemble des services de passer au plan C, et augmenter ainsi la capacité des lits d’hospitalisation à 300 et les lits de réanimation à 80».
En plus des contaminations touchant la population, le professeur précise que le nombre de contaminations du personnel de la santé, tous corps et grades confondus, ne cesse d’augmenter. «Nous sommes entre 7 et 8 contaminations par jour et ça n’épargne personne, médecins, infirmiers, ambulanciers et administrateurs», a-t-il fait savoir. Selon lui, il y a possibilité de l’avènement d’un nouveau virus mutant qui est en train de se propager avec plus de virulence, hautement transmissible et mortel même chez des jeunes en parfaite santé. «C’est quelque chose d’inquiétant, puisqu’au bout de 48h le malade passe de 20 % d’atteinte pulmonaire à 60 %», a-t-il alerté. Face à cette situation, le Professeur Belhadj a appelé la population à revenir au respect très strict des mesures barrières. Il a préconisé aussi une vaccination obligatoire de certains corps de métier.
Ce rebond spectaculaire des cas positifs a conduit les responsables du ministère de la Santé à prendre des mesures d’urgence, comme la cessation des activités de soins et de formation dans la plupart des services dans les grands hôpitaux du pays, fera savoir, pour sa part, le Pr Ryad Mahyaoui, membre du Comité scientifique de suivi de la pandémie de Covid-19. Pour autant, il a estimé que «l’obligation de la vaccination en Algérie n’est pas à l’ordre du jour», mais a invité les citoyens à se faire vacciner volontairement, notamment les personnes à risque ainsi que les sujets âgés.
De son côté, le Pr Belhocine a expliqué que «cette hausse est due au relâchement de la vigilance individuelle observé partout. Cet état de fait réunit tous les ingrédients de l’aggravation de la situation d’où l’existence de trois variants nouveaux qui circulent en Algérie». «Si les choses ne sont pas prises en main sérieusement, on risque donc d’aller vers une grande pression de la situation sur notre système de santé et l’obligation d’aller vers des mesures de confinement plus strictes», a-t-il averti.
L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img