25.9 C
Alger
lundi 27 juin 2022

Les prix des ingrédients pour l’Aïd hors de portée Recette salée pour les gâteaux

Le mois de ramadhan touche à sa fin et l’on se prépare déjà, dans chaque foyer, à accueillir la fête de l’Aïd el Fitr. Après les emplettes des vêtements, place aux préparatifs et à l’achat de gâteaux.
Ces derniers jours, les magasins spécialisés dans la vente des ingrédients de gâteaux connaissent une grande affluence. Certains d’entre eux sont carrément pris d’assaut par les clients, notamment les mères de famille. C’est le business juteux des pâtissiers et des vendeurs de fruits secs, qui n’y vont pas avec le dos de la cuillère et saignent à blanc les consommateurs, ruinés par les dépenses. La flambée des prix ne semble épargner aucun produit alimentaire en ce mois de carême. Pour les commerçants, ces ultimes journées du mois sacré représentent une réelle opportunité pour faire un autre profit. Durant cette période, les achats des divers ingrédients nécessaires à la confection des gâteaux s’accroissent. Les barons du commerce n’hésitent pas à jouer des prix à leur gré. Ils ne se soucient jamais du pouvoir d’achat des citoyens. Fête de gourmandises par excellence, les gâteaux seront confectionnés avec modération vu l’augmentation continue des ingrédients. Une virée chez les différents grossistes et magasins fait constater une hausse des prix des ingrédients. Cette flambée occasionnelle qui est toujours au rendez-vous a fait que plusieurs familles prennent leurs précautions et font leurs achats bien avant le ramadhan. Ceux qui font leurs courses à quelques jours de la fête payeront beaucoup de dinars en plus. Pour le produit prisé des petites et moyennes bourses, comme les cacahuètes, leurs prix oscillent entre 450 et 458 DA. Si ce prix paraît une bonne alternative pour remplacer les amandes, les noix, les pistaches qui elles placent la barre beaucoup plus haut, pour les familles il s’agit d’un prix excessif. «Il y a quelques années, j’achetais les cacahuètes à 200 DA, voilà que les prix doublent d’année en année. Je ne comprends pas s’il existe une politique d’étude des prix dans ce pays. Il n’est pas normal que les prix d’un produit abondant doublent comme ça d’autant que le Smig, lui, reste immobile», raconte une femme au foyer qui faisait hier ses achats au marché Meissonnier. Même son de cloche auprès d’autres femmes qui étaient au rayon des fruits secs de «luxe», comme elles disent. Plus de 5 000 DA le kg pour les pistaches, les noix sont à 2 500 DA et les amandes entre 2 000 et 2 500 DA. La noix de coco est à 1 100 DA. Soit une autre augmentation par rapport aux prix affichés il y a quelques mois. Autre phénomène qui a fait son apparition ces dernières années, l’achat de gâteaux déjà prêts. En effet, comme pour le prêt-à-porter, l’Algérien recourt au prêt-à consommer. Mais celui-ci est-il fiable ? L’hygiène est-elle de rigueur ? La préparation des gâteaux de l’Aïd dans une ambiance bon enfant est visiblement d’une autre époque. Les femmes submergées par le boulot et le ménage à la maison n’ont plus le temps ni l’énergie à consacrer à ce genre d’activité. Place donc aux pâtisseries mais aussi aux magasins improvisés qui profitent du mois de ramadhan pour fructifier leur commerce. Les conditions d’hygiène ne sont souvent pas respectées. Certains revendeurs installent leurs étals de fortune sales, dans une marmelade de poussières et d’ordures. A Zéralda, un restaurant s’est transformé en pâtisserie juste pour ce mois sacré. Il utilise l’intérieur du magasin pour stocker la marchandise et expose le reste sur des étals à l’extérieur, à même les gaz polluants dégagés par les tuyaux d’échappement des voitures et obstruant en même temps la circulation sur le trottoir. Ce sont des gâteaux à bas prix destinés à des consommateurs moins bien lotis. «Il n’y a pas de secret pour obtenir des gâteaux à bas prix. Les cacahuètes et chutes de pâte servant à confectionner les gâteaux remplacent les amandes. Le miel est remplacé par un sirop de sucre et les dosages des produits sont variables», confie Asma, ancienne employée dans ce genre de pâtisserie.
Meriem Benchaouia

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img