26.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

Les contaminations repassent au-dessus des 100 cas par jour: Relâchement et réticence au vaccin en cause

Alors que mesures sanitaires continuent d’être allégées, la pandémie de Covid-19 regagne du terrain en Algérie. Le nombre de cas augmente vite et repasse au-dessus des 100 cas par jour. L’inquiétude face à la perspective d’une quatrième vague de contaminations au coronavirus se fait de plus en plus sentir.
Il y a quelque temps, le bilan des contaminations au Covid a connu une baisse notable. Le bilan des infections tournant toujours autour de la barre symbolique des 100 cas au quotidien. Ces derniers jours, le nombre des nouveaux cas contaminés au coronavirus en Algérie est repassé au-dessus de la barre des 100 infectés par 24h ; hier il était de 109. Mais cette situation pourrait ne pas durer, s’inquiètent la majorité des spécialistes de la santé, vu la réticence des citoyens quant à la vaccination et le relâchement constaté dans le respect des mesures préventives. Le premier responsable du secteur indique que ses services craignent une recrudescence des cas de contamination, malgré toutes les dispositions prises par les pouvoirs publics en fournissant de l’oxygène, des médicaments et du personnel médical. La stratégie de son département a été de mettre en avant la vaccination de proximité en mobilisant toutes les structures fixes de santé et en installant des points de vaccination dans divers espaces publics, les officines pharmaceutiques privées et les mosquées. La vaccination a également été dispensée directement sur les lieux de travail, notamment dans les départements ministériels. Aussi, une stratégie mobile a été mise en place pour atteindre les populations des zones enclavées. Malgré la mobilisation de tous ces moyens et la disponibilité de différents types de vaccin, la vaccination n’a pas atteint l’objectif attendu par le gouvernement. Une grande réticence a été observée par la population, les universitaires et surtout le personnel médical. Le taux de vaccination est «faible» et «insatisfaisant», selon le ministre de la Santé qui révèle que ce taux sur les campus ne dépasse pas 1 %. En plus des citoyens, Benbouzid doit également convaincre le personnel médical de se faire vacciner. Car le taux de vaccination au sein du corps médical et paramédical est également jugé très faible et n’a pas atteint l’objectif assigné. Hormis la période qui a précédé la troisième vague où le virus Delta avait atteint des seuils d’alerte inquiétants, les centres ont été désertés et le nombre de vaccinés par jour était très faible.
Outre la réticence au vaccin, un grand relâchement est constaté un peu partout dans les lieux publics, entreprises, marchés, magasins, transports…, et les citoyens ont vite oublié le port de la bavette et le lavage des mains. Il va sans dire que face à la hausse des cas qui commence à se faire sentir, il est urgent de prendre les choses en main avec de nouvelles campagnes de sensibilisation et l’obligation du port du masque dans les écoles, les bus et les lieux publics, afin d’éviter le scénario de la 3e vague.
Face au risque d’une quatrième vague de contaminations, le non-respect des mesures barrières constitue un sérieux danger. La vigilance et le respect de ces mesures sanitaires restent primordiaux pour maintenir une circulation faible du virus, tout en continuant les efforts pour atteindre les objectifs de vaccination tracés par le gouvernement.

Louisa A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img