15.9 C
Alger
mercredi 30 novembre 2022

Les 100 premiers jours de Biden au plan global

Trois mois après sa prise de fonction en tant que président des Etats-Unis, Joe Biden n’a encore fait mieux que son prédécesseur sur aucun des dossiers de politique extérieure où il était le plus attendu, qu’il s’agisse de la Chine, de la Russie, de la Corée du Nord, de l’Iran, de la guerre au Yémen, des crises libyenne et syrienne, si tant est que celles-ci fassent partie de ses préoccupations. Pour ce qui est de la Chine, sa priorité absolue, ainsi d’ailleurs que pour son prédécesseur, il n’aura réussi jusqu’à présent qu’à la rendre plus allergique encore aux ingérences dans ses affaires intérieures. En témoigne sa réaction aux déclarations du secrétaire d’Etat Antony Blinken dénonçant les menaces qu’elle ferait peser sur la sécurité de Taïwan, laquelle réaction a pris la forme de l’entrée de plusieurs de ses avions dans l’espace aérien de l’île – au demeurant tout ce qu’il y a de plus chinois. Viole-t-on son propre espace aérien ? Que non. Telle fut la réponse de la Chine aux mises en garde en quelque sorte inaugurales de Blinken. Avant cela, il y avait eu bien sûr la rencontre d’Anchorage en Alaska, où les deux délégations avaient pendant près d’une heure dressé un réquisitoire de leurs deux pays, devant un parterre de journalistes médusés.

La chine est pour la nouvelle administration le principal rival, le pays qui n’aspire à rien moins qu’à prendre la place des Etats-Unis en tant que première puissance au monde, pour elle bien plus nettement que pour la précédente. Du temps de Trump, on ne savait pas très bien d’où venait la principale menace, de la Chine ou de la Russie, encore qu’économiquement parlant cette question ne se pose pas, la Russie ne présentant sur ce plan aucun danger. Avec l’administration Biden, la Russie semble avoir perdu jusqu’à son statut de superpuissance, comme tend à le démontrer l’insulte faite à son président russe, traité sans autre forme de procès par Biden de tueur. Rien ne pourra faire que ce mot n’ait pas été prononcé. Il est irrattrapable. Biden ne pourra le retirer qu’en s’en excusant, ce qu’à l’évidence il ne fera jamais, sauf peut-être si la sécurité de son pays est à ce prix. Dès le départ donc les relations entre les deux hommes sont plus que mauvaises, elles sont haineuses. Deux dirigeants dont l’un a d’entrée de jeu insulté l’autre, finiront-ils malgré tout par se rencontrer et discuter de leurs différends ? Peut-être. En attendant, la tension monte entre leurs deux pays, et d’une façon qui laisse présager le pire. La réputation de gaffeur de Biden est bien connue pourtant. Lui-même s’est défini un jour comme une machine à gaffes. Pour autant ce n’est pas cela qui va porter les Russes à lui pardonner. Tout ce que ces derniers pourront faire pour lui compliquer la vie, ils le feront au contraire. Sur le programme nucléaire iranien non plus, on ne voit pas que la nouvelle administration s’avère plus efficace que la précédente. Un chiffre suffirait à prouver le contraire : celui des 60 % d’enrichissement de l’uranium auquel les Iraniens sont passés d’un coup, alors même que les Etats-Unis ne sont toujours pas admis à participer directement aux débats sur le rétablissement de l’accord de Vienne. Les Etats-Unis sont de retour, ont claironné les démocrates dès la victoire de Biden. Finie la tentation isolationniste. Ils assument à nouveau leur rôle de dirigeant global. Gare à ceux qui à travers le monde veulent s’en prendre à leurs intérêts. Qu’ils s’appellent Chinois, Russes ou Iraniens, ils s’en repentiront. Or que voit-on trois mois après que le monde est sorti de la parenthèse Trump ? Une Amérique incapable aussi bien de se faire obéir que de dialoguer.

Article récent

Le 30 Novembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img