21.9 C
Alger
mercredi 31 mai 2023

L’effet Soledar

Trois ou quatre jours après que les Russes ont annoncé avoir pris le contrôle de Soledar, les Ukrainiens nient toujours en avoir été délogés… jusqu’au dernier. Peut-être que ces deux affirmations ne sont pas aussi contradictoires qu’il y paraît, qu’elles sont jusqu’à un certain point conciliables. Il est concevable que l’armée russe, ou plus exactement le groupe Wagner, se soit emparé de l’essentiel de Soledar, en soi pas très grand, mais pas de sa totalité cependant, si bien que les Ukrainiens ne disent que la stricte vérité en affirmant qu’ils y sont toujours, et qu’ils parviennent encore à tenir en respect leurs assaillants là où ils se sont retranchés. Mais s’ils y sont encore mais seulement en petit nombre, on peut s’attendre qu’ils ne tiennent pas longtemps, et qu’ils soient bientôt obligés soit de se rendre, soit de se replier, si du moins il en est encore temps, soit de continuer à rendre coup pour coup jusqu’à la dernière balle. Cet épisode est triste sans doute, mais il se peut bien qu’à la réflexion il le soit davantage. D’après le président russe, la guerre est en train de prendre un tour positif pour son camp. On ne sait encore si ce mot est bien pesé, s’il ne va pas être contredit dans les faits. N’empêche, dans les deux cas, il sera venu après l’annonce de la prise de Soledar. Il est une conséquence de la bataille qui s’y était déroulée. On peut dire de lui qu’il est un effet de Soledar.

Il n’est pas le seul. La décision prise successivement par la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis d’envoyer des chars à l’Ukraine en est un autre. Un quatrième pays devait s’ajouter aux trois, l’Allemagne, mais qui vient d’annoncer que ses chars pour l’Ukraine ne seront prêts que dans une année. Dans une année, on ne sait même pas si la guerre nucléaire n’aura pas éclaté, dispensant le cas échéant l’Allemagne d’un tel envoi. Si même l’Allemagne existera toujours. On ne sait pas si la guerre ne sera pas terminée lorsque le temps sera venu pour elle d’expédier ses chars. Cette étrange annonce de l’Allemagne est un autre effet Soledar. Si au lieu de tomber entre les mains des Russes, comme tout semble l’indiquer, cette bourgade ukrainienne les avait repoussés, ces chars prendraient-ils autant de temps à se monter puis à se montrer sur le front ? On peut en douter. La réticence allemande expliquerait plutôt bien pourquoi Kiev nie mordicus que Soledar soit déjà tombé. Les Ukrainiens comprennent bien que leurs alliés de l’Otan attendent d’eux qu’ils l’emportent sur les Russes non qu’ils se remettent à battre en retraite devant eux. Pourquoi leur donneraient-ils des armes sinon ? Si les Allemands prennent autant de temps à leur expédier une dizaine de chars, car probablement il n’y en aura guère plus, c’est parce que leur défaite à Soledar a introduit le doute dans leur esprit. Voilà ce que les Ukrainiens ont dû penser en apprenant le délai de réflexion que se sont accordé à nouveau les Allemands. Une année, c’est en effet une bonne distance pour voir venir. Mais qu’importe, après tout les Allemands ne les ont aidés que contraints et forcés. L’aide qui compte à leurs yeux, c’est celle des Américains et des Britanniques, celle des Français étant elle aussi sujette à caution. Lors de son voyage à Washington, le président ukrainien a reçu de son hôte américain l’assurance que cette aide durerait tout le temps qu’il faudrait. Voilà qui malgré tout n’est rassurant qu’à moitié. Cela a en effet l’air de sous-entendre : tout le temps dont vous avez besoin pour gagner la guerre.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img