23.9 C
Alger
vendredi 1 juillet 2022

L’économiste Mekideche au sujet de la nouvelle loi sur l’investissement : «Un texte pour protéger les investisseurs des abus bureaucratiques»

Le projet de loi relatif à l’investissement contribuera à libérer l’esprit d’initiative et à l’amélioration du climat des affaires en Algérie. Il est donc nécessaire d’œuvrer à l’augmentation du PIB à travers l’investissement massif, tant que la volonté politique est affichée pour réaliser cet objectif, a recommandé l’économiste Mustapha Mekideche.

Par Louisa A. R.

Ce projet introduit pour la première fois une vision à long terme sur les investissements, permettant de fixer les priorités et soutenir les projets structurants. Plus qu’une protection, ce nouveau code contribuera également à renforcer la lutte conte la corruption. Invité de la rédaction de la Chaine 3 de la Radio algérienne, Mustapha Mekideche a signalé que le contexte actuel est favorable à l’investissement après la consolidation du cadre macro-économique depuis 2021. «Ce sont les investissements d’aujourd’hui qui vont créer la croissance de demain», a-t-il fait remarquer.
L’ancien vice-président du Conseil national économique, social et environnemental (Cnese) fera remarquer que «l’Algérie a enregistré deux types de retard en matière d’investissement : le premier est lié au blocage bureaucratique de certains projets à différentes étapes de maturation ; le deuxième concerne notre absence des Investissements directs étrangers (IDE)». L’expert a souligné, dans ce sens, que «les dispositions légales prévues dans ce texte pour protéger les investisseurs des abus bureaucratiques ou de blocages inexpliqués imposera à l’administration une obligation de résultat, ou du moins d’expliquer les blocages, au risque de se voir pénalisée en cas de blocages indus».
Pour atteindre cet objectif, un mécanisme indépendant composé de magistrats et d’experts économiques et financiers, placé auprès de la Présidence de la République, devra être mis sur pied, afin de «statuer sur les plaintes et recours introduits par les investisseurs». La réduction des délais d’examen des dossiers et l’adoption des normes internationales en termes d’attraction des investissements sont également prévues dans cette loi. Le nouveau texte de loi met ainsi en garde contre toutes formes d’abus de pouvoir dans le traitement des dossiers des investisseurs.

L’Algérie opte pour le non-alignement positif
Plusieurs crises se sont succédé ces deux dernières années sur l’économie mondiale. Les pays développés s’alignent sur un nationalisme économique visant à assurer leur souveraineté. L’Algérie, quant à elle, s’inscrit dans une logique de diversification de ses relations économiques à travers le non-alignement positif, a expliqué l’invité de la Radio algérienne. Mustapha Mekideche a donné l’exemple de l’Italie, partenaire historique de l’Algérie. «L’entreprise italienne ENI a participé à la construction de la raffinerie de Skikda, mais également au développement des réseaux de transport d’hydrocarbures». Il a fait remarquer que la consolidation des relations stratégiques entre les deux pays leur permettra de s’ouvrir sur les énergies renouvelables.
L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img