37.9 C
Alger
dimanche 14 août 2022

Le théâtre amateur: Un réservoir de talents professionnels

Un programme virtuel riche et varié est proposé par le Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi (TNA) depuis la fermeture des établissements culturels en raison de la pandémie de Covid-19. A l’instar des pièces de théâtre diffusées sur la plateforme numérique du TNA, un forum virtuel est retransmis tous les jeudis avec des thématiques liées au secteur de la Culture.

Par Abla Selles

Pour la soirée de jeudi, c’est sous le thème «L’apport du théâtre amateur au théâtre professionnel»que le journaliste, écrivain et critique de théâtre, Nadjib Stambouli, s’est exprimé.
«Le théâtre amateur a constitué un réservoir de comédiens» pour le théâtre professionnel auquel il a injecté un grand nombre de talents qui ont brillé dans les théâtres régionaux», a indiqué Nadjib Stambouli. Le conférencier a rappelé, dans ce sens, que nombre de comédiens professionnels sont issus du théâtre amateur, sans être forcément prédestinés à une carrière professionnelle, en faisant leurs débuts dans le théâtre engagé, politique et dans la sensibilisation. Dans ce forum diffusé sur la chaîne Youtube du TNA, il cite, à titre d’exemple, nombre de talents du théâtre professionnel notamment au théâtre régional d’Oran, venus des troupes de théâtre amateur comme «Compagnons du théâtre» et «Théâtre de l’Atelier», dont Said Bouabdellah, Azri, les Hachmaoui, Belkaid, Belkeroui et Senouci.
Le théâtre régional de Constantine a, lui aussi, puisé dans le réservoir du théâtre amateur, notamment du Cercle d’activités culturelles de Constantine (Crac), ancêtre dans les années 60 des autres troupes amateur du théâtre local, comme Djamel Dekkar, Noureddine Bechkri, Tayeb Dehimi, Boubria et autres.
Autre exemple édifiant de ce lien fort entre les théâtres amateur et professionnel, la troupe «Sindjeb» de Bordj Menail (Boumerdès), animée par le dramaturge Omar Fetmouche, qui deviendra professionnel ainsi que le reste de la troupe qui rejoindra le théâtre de Béjaia et ailleurs.
Pour Nadjib Stambouli, ces comédiens amateurs apporteront au théâtre professionnel «leur talent et leur dynamisme juvénile, leur combativité syndicale et leur créativité», notamment par la création collective qu’ils avaient adoptée en étant amateurs.
L’exemple de la troupe de Kateb Yacine «l’Action culturelle des travailleurs» (Act) est cité comme cas à part, puisque l’ensemble de la troupe a rejoint «en bloc» le théâtre régional de Sidi Bel-Abbès, que dirigera Kateb Yacine, a-t-il encore rappelé.
Par ailleurs, l’invité du forum a relevé l’importance d’accompagner le théâtre par la critique, tout en évoquant les liens étroits entre théâtre amateur et professionnel de manière assez succincte.
Nadjib Stambouli, 68 ans, a totalisé une longue expérience comme journaliste dans les rubriques culturelles de plusieurs titres de la presse nationale. Depuis 2015, il s’est consacré à l’écriture romanesque et publie plusieurs ouvrages dont «Ma piste aux étoiles», un recueil de portraits d’hommes de culture et d’intellectuels, suivi de plusieurs romans, notamment «Le comédien», «La rancune», «Le fils à maman» et «Le mauvais génie».
A. S.

Article récent

Le 14 Aout 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img