10.9 C
Alger
mercredi 30 novembre 2022

Le projet de loi de finances complémentaire 2022 présenté au Sénat: Maintenir et améliorer les subventions de l’Etat aux catégories vulnérables

Le projet de loi de finances complémentaire (PLFC 2022) a été présenté, hier, par le ministre des Finances, Brahim Djamel Kassali, devant la Commission des affaires économiques et financières du Conseil de la nation. Plusieurs mesures de redressement liées à la loi de finances 2022 et destinées essentiellement à la couverture des dépenses supplémentaires ont été prévues. Les principaux changements introduits au PLFC concernent le prix référentiel du baril de pétrole fixé à 60 USD au lieu de 45 USD retenu au titre de la LF 2022, et le cours du marché estimé à 70 USD au lieu de 50 USD dans la loi de finances 2022.Une hausse de 3,8 % a été enregistrée dans les importations des marchandises ainsi que la prise en charge de l’incidence financière des dépenses supplémentaires au titre du budget de fonctionnement d’un montant global de 1 385 milliards DA, outre la couverture des besoins supplémentaires enregistrés au titre du budget d’équipement d’un montant global de crédits de paiement estimés à 366 milliards DA. Compte tenu de ces indicateurs, l’on prévoit «39 mds USD d’exportations d’hydrocarbures à la fin de 2022, soit une augmentation de 40,4 % et 38,5 mds USD d’importations de marchandises, soit un taux de croissance de 15 %».
Ainsi, la balance des paiements au titre de la LFC atteindra +983 millions USD, alors que les réserves de change s’élèveront à 46,28 mds USD, soit l’équivalent de 12 mois d’importations de marchandises et de services. La loi de finances complémentaire prévoit un taux de croissance de 3,44 % et une augmentation du PIB hors hydrocarbures à 4,3 %, selon M Kassali.
Cette même loi, est-il indiqué, se focalise essentiellement sur la mise en œuvre de mesures urgentes et prioritaires en vue de répondre aux grands objectifs devant booster l’activité économique et relancer la croissance, outre la réduction de la dépendance aux hydrocarbures.
Aussi, la présente loi vise à maintenir et améliorer les subventions de l’Etat aux catégories vulnérables pour préserver les acquis sociaux des citoyens, a ajouté le ministre.
Par ailleurs, il a été souligné que la hausse des recettes budgétaires prévue au titre de cet exercice s’élève à +23,2 %, enregistrant 7 000,8 milliards DA, y compris la fiscalité pétrolière qui augmentera à 3 211 milliards DA. Les dépenses budgétaires s’élèvent à 11 610 milliards DA au titre de la loi de finances complémentaire, soit une hausse de 1 752 milliards DA par rapport à la loi de finances 2022. Ces dépenses, précise-t-on, concernent 7 697 milliards DA alloués aux dépenses de fonctionnement, soit une hausse de 1 385 milliards DA afin de prendre en charge principalement la contribution à l’OAIC et l’ONIL ainsi que les crédits principaux visant à couvrir l’allocation chômage, entre autres.

Kassali présente le projet de loi de finances 2023 devant l’APN
Le ministre des Finances, Brahim Djamel Kassali, a présenté aussi, dans la journée d’hier, le projet de loi de finances (PLF 2023) devant l’APN. Le PLF 2023 a été élaboré sur la base d’un prix référentiel prévisionnel du baril de pétrole de 60 dollars pour la période entre 2023 et 2025, un taux de croissance moyen de 4,1 % en 2023 et de 4,4 % en 2024 et un niveau d’inflation de 5,1 % en 2023 et de
4,5 % en 2024 et 4,0 en 2025. Le projet de loi de finances prévoit pour l’année prochaine une augmentation des recettes budgétaires totales à 7 901,9 milliards de dinars et 13 786,8 milliards de dollars de dépenses, réparties sur les dépenses de fonctionnement, qui augmenteront à
9 767,6 milliards de dinars (+26,9 %) et les dépenses
d’équipement qui seront en hausse à 4 019,3 milliards de dinars (+2,7 %) par rapport à la loi de finances complémentaire (LFC) 2022. Le déficit budgétaire devrait passer de 4 092,3 milliards de dinars (-15,9 du PIB) dans les prévisions de clôture pour 2022 à un déficit moyen de 5 720,0 milliards de dinars sur la période 2023-2025 (-20,6 % du PIB). Par ailleurs, les recettes des exportations de biens devraient atteindre en 2023 un montant de 46,3 milliards de dollars américains, contre 44,4 milliards de dollars dans les prévisions de la LFC 2022. Ces recettes devraient enregistrer une «légère hausse» à 46,4 milliards de dollars en 2024 et à 45,8 milliards de dollars en 2025.
Massi S./APS

Article récent

Le 30 Novembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img