20.9 C
Alger
mardi 27 septembre 2022

Le «poisson du pauvre» s’improvise crustacé…: La sardine à plus de 1 000 DA le kilo

Ces dernières semaines, le prix de la sardine est passé de 300 DA le kilo à plus
de 1 000 DA, rejoignant le clan des produits de la mer inaccessibles, chose qui désole les consommateurs.

Par Thinhinane Khouchi

Avec la baisse du pouvoir d’achat des travailleurs, les familles à revenus modestes ne peuvent plus à se permettre le luxe d’acheter des produits de la mer, notamment certains poissons et crustacés. Depuis quelques années, même la sardine est devenue inaccessible. En effet, au niveau des différentes marchés de poisson du pays, la sardine, proposée autrefois à 300 DA le kilo, est désormais à 1 000 DA et parfois même plus au niveau de certains ports du pays. Au niveau de la poissonnerie de Clauzel, le rouget a atteint actuellement les 1 800 DA, le merlan culmine à 3 800 DA et la daurade à 2 000 DA, alors que les fruits de mer et autres crustacés restent inabordables avec 2 700 DA/kg en moyenne pour la crevette rouge par exemple. «Il y a du poisson au marché mais il est trop cher, bien qu’Alger soit une ville côtière», lance Samir, père de famille. «Avant, il y en avait pour tous les goûts et pour toutes les bourses, mais ces dernières années le prix de la sardine a flambé», se désole notre interlocuteur habitant Bab El Oued. En effet, les  citoyens, pour leur part, confient ne pas avoir mangé de poisson depuis plusieurs mois, même plusieurs années. «Je considère que déjà 600 DA c’est très cher payé pour un kilogramme de sardines. A 1 000 DA, c’est du n’importe quoi. A ce prix-là, je préfère acheter un poulet», commente un père de famille, qui aime toutefois faire un tour dans les marchés de poisson. Réagissant à cette hausse affolante des prix du poisson, le premier responsable de la Commission nationale des marins-pêcheurs de l’Union générale des commerçants et artisans algériens, Hocine Ballout, a déclaré à des médias, à ce propos, que le prix de la sardine connaît effectivement une hausse sur le marché. Il impute ce renchérissement sans précédent à une véritable «mafia». Hocine Ballout a indiqué que le cageot de sardines dépassait parfois les 10 000 DA sous l’effet de l’action d’«accapareurs» du marché qui négocient directement avec les pêcheurs sans aucun respect de la loi. Il réclame, de ce fait, un contrôle strict au niveau des ports algériens. Ballout a affirmé qu’il s’attendait à une hausse vertigineuse des prix du poisson à l’approche du ramadhan. Le temps lui a donné raison, puisque tous les produits de la mer ont connu une hausse. Il a tenu à signaler que tous ces poissons sont pêchés localement, avant d’asséner que le marché aux poissons était livré à l’anarchie. Par ailleurs, le responsable des pêcheurs à l’Ugcaa a regretté le fait que des sardines n’excédant pas les 6 cm soient vendues aux consommateurs, ce qui est contraire à la loi et constitue une menace à l’espèce désormais menacée d’extinction. Il a appelé au respect des lois de  la pêche et du cycle biologique.
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img