14.9 C
Alger
samedi 3 décembre 2022

Le phénomène menace la stabilité du marché national / Hassan Menouar : «Il faut appliquer la loi dans sa rigueur contre les spéculateurs»

Au moment où des citoyens se plaignent de la pénurie de certains produits alimentaires de large consommation, notamment l’huile de table, des «vendeurs véreux» qui n’ont en fin de compte qu’un seul souci : les gains rapides et faciles, ont fait augmenter les prix des produits de première nécessité ou subventionnés, des articles désormais introuvables ou rares.

Par Meriem Benchaouia
Ces derniers jours, les affaires liées à la spéculation se sont multipliées. Les services des Douanes ont saisi d’importantes quantités de denrées alimentaires destinées à la contrebande, et ce, dans différentes wilayas du pays. Face à ce phénomène illicite qui menace la stabilité du marché national, l’Etat a décidé de passer à l’action en prenant de nouvelles mesures. Selon le président de l’Association de protection des consommateurs Aman, «annoncer l’élaboration des lois et règlements qui n’arrivent pas à être exécutés ne fait plus peur, ni aux spéculateurs ni aux contrebandiers». S’exprimant, hier, sur les ondes de la Radio nationale, Hassan Menouar a exhorté les autorités publiques à appliquer la loi dans sa rigueur contre «ces criminels qui portent atteinte à la quiétude du citoyen et à l’économie nationale». Dans ce sens, l’invité a regretté le fait que «nous subissons toujours les problèmes de spéculation négative, de rétention, d’informel, qui ne font qu’aggraver la situation du pouvoir d’achat et de la raréfaction de certains produits qui sont devenus des produits de base». D’après lui, ces problèmes «préoccupent les esprits des Algériens. Dans plusieurs milieux en Algérie, ça ne parle que de lait, que d’huile, alors que nous devons avoir le sursaut d’évoquer d’autres problématiques comme la santé publique, le changement climatique, les technologies». Pour mettre fin à ces pratiques malveillantes qui créent des perturbations de marché, l’invité de la Radio algérienne a préconisé un recensement et une numérisation de façon permanente et continue. «Nous devrions réguler le marché d’une façon professionnelle, recenser, identifier, numériser, enregistrer toutes les distributions». Ce qui permet, a-t-il poursuivi, de récupérer l’informel et remettre son argent dans des réseaux officiels. Autre recommandation du président de l’Association Aman, «la réalisation d’infrastructures commerciales de manière étudiée, avec une distribution urbaine correctement élaborée», a-t-il expliqué,
ajoutant : «Ce qui peut être aussi considéré comme une régulation du marché, avec la participation du citoyen».

Des lourdes peines seront requises à l’encontre des personnes impliquées
Les affaires liées à la spéculation et la hausse injustifiées des prix des denrées alimentaires de large consommation seront désormais traitées au niveau du service central de la lutte contre le terrorisme et le crime organisé transnational, a indiqué le parquet de la République près le tribunal de Sidi M’hamed dans un communiqué. «En application des dispositions de l’article 11 du code de procédure pénale, le procureur de la République (Service central de lutte contre le terrorisme et le crime organisé transnational) porte à la connaissance de l’opinion publique que devant la recrudescence de la spéculation illicite des marchandises, notamment de certains produits de base de large consommation et devant la hausse injustifiée des prix qui affecte le pouvoir d’achat du citoyen, dans le contexte des efforts continus que déploie l’Etat, en vue de rendre disponibles ces produits, ces actes criminels visent à porter atteinte à l’économie nationale et s’inscrivent dans le cadre du crime organisé délibéré contre lequel il importe de lutter par la force et la rigueur de la loi», lit-on dans le communiqué. «Au regard de la gravité de ces faits commis durant la même période dans différentes régions du pays, de l’existence de preuves irréfutables sur le sabotage et leur caractère attentatoire à l’économie nationale, ainsi que des circonstances dans lesquelles ces actes ont été commis par des groupes criminels organisés transnationaux, le parquet de la République susmentionné a demandé aux parquets locaux de la République de procéder au traitement judiciaire de ces affaires au niveau de ce service spécialisé». Selon la même source, «le Parquet requerra des peines durcies et sévères à l’encontre de tout individu impliqué, conformément à la loi».
M. B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img