24.9 C
Alger
mercredi 5 octobre 2022

«Le phénomène Martinu» : Une exposition dédiée à l’œuvre prolifique du compositeur

L’exposition «Le phénomène Martinu», dédiée à l’œuvre prolifique du grand compositeur tchèque Bohuslav Martinu, a été inaugurée mercredi à Alger, dans le cadre des célébrations du 40e anniversaire de la Fête de la musique qui se déroulent dans le strict respect des mesures d’hygiène sanitaire contre la propagation du coronavirus.
Ouverte à la médiathèque de l’Institut français d’Alger (Ifa) par l’ambassadrice de la République tchèque en Algérie, Lenka Pokorna et l’ambassadeur de France en Algérie, François Gouyette, cette rétrospective sur le parcours singulier et l’œuvre colossale de Bohuslav Martinu (1890-1959), qui s’étale jusqu’au 7 juillet prochain, est organisée sous l’égide du ministère de la Culture et des Arts.
Quatrième grand compositeur tchèque après Antonín Dvorák (1841-1904), Leoš Janácek (1854-1928) et Bedrich Smetana (1854-1884), Bohuslav Martinu, créateur autodidacte et non-conformiste, avait réussi en 1923 à obtenir une bourse d’études en France où il s’établira durant 17 ans, après des débuts marqués par Maurice Ravel, Albert Roussel, Paul Dukas et surtout Claude Debussy.
Conçue dans un élan dynamique, l’évocation de Bohuslav Martinu est déclinée en deux volets principaux, peut-on lire sur le document de présentation de cet événement, «la vie mouvementée du compositeur et son œuvre phénoménale», d’une part, et la «réflexion scénographique, de l’époque et d’aujourd’hui, de ses réalisations scéniques», d’autre part. Les visiteurs de cette exposition peuvent ainsi apprécier des pièces d’archives, des photographies, des décors et des costumes de théâtre ainsi que des œuvres plastiques, tout en écoutant des pièces musicales de Bohuslav Martinu, «un des représentants de la modernité musicale du XXe siècle».
Des extraits du «Concerto da Camera, quatuor pour cordes N° 7» de Bohuslav Martinu et une partie de l’acte III de son ballet «Spalicek, de jeux folkloriques, coutumes et contes de fées – Ballet revue», programmés exclusivement pour le vernissage, ont été diffusés dans la salle des spectacles de l’Ifa.
Rappelant que l’intégralité de ce ballet légendaire sera diffusée le jour de la clôture, l’ambassadrice de la République tchèque en Algérie, Lenka Pokorna, a relevé le «caractère européen et universel de l’homme», qui est resté, a-t-elle ajouté, «profondément attaché à ses valeurs ancestrales».
F. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img