21.9 C
Alger
mercredi 5 octobre 2022

Le ministre du Travail exhorte à une lutte sans merci: Le travail non déclaré prend de l’ampleur

Doublement impacté par la crise sanitaire et une impasse économique, le marché de l’emploi en Algérie traverse une période très difficile. Pour faire face à la dégradation du pouvoir d’achat et aux difficultés d’accéder à un emploi dans la sphère légale, les Algériens sont de plus en plus nombreux à se tourner vers l’informel pour subvenir à leurs besoins.

Par Meriem Benchaouia

Indéniablement, la montée du travail non déclaré ou dissimulé prend des proportions telles que le phénomène est devenu, aujourd’hui, un réel sujet de préoccupation. A cet effet, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Youcef Cherfa, a plaidé fortement à Béjaïa en faveur de la lutte sans merci contre le travail non déclaré ou dissimulé, estimant que celui-ci porte préjudice autant aux travailleurs qu’aux caisses de sécurité sociales qui se retrouvent ainsi privées de cotisations. «Tout le monde y perd, y compris la Caisse des retraites», a souligné le ministre lors d’une visite de travail à Béjaïa, exhortant les structures de son département à lutter efficacement contre ce phénomène, notamment dans le contexte et la perspective de la relance économique. A ce titre, le ministre a évoqué «les promesses» que porte l’entrée en vigueur prochainement du nouveau code de l’investissement en «totale rupture avec les anciennes lois», y voit-il, et la mise en œuvre de tous des dispositifs d’aide à l’insertion professionnelle (DAIP) et social (DAIS) ou encore de la nouvelle loi 70/11 qui autorise les employés porteurs de projets a prendre des congés pour se consacrer à leurs entreprises. Leur conjonction va favoriser la création d’entreprises et améliorer les opportunités de travail et par ricochet la relance effective de l’économie, a-t-il expliqué, en donnant deux pistes d’action en termes de lutte, citant notamment la multiplication des contrôles et la sensibilisation des chefs d’entreprise ou des porteurs de projets. Par ailleurs, le ministre a abordé l’entrée en application du dispositif d’aide à l’intégration professionnelle (DAIP) qui vise à intégrer 1,3 millions demandeurs d’emploi et du dispositif d’aide à l’insertion sociale (DAIS) et qui concernent 132 000 employés, avant la fin de l’année. Il a estimé, à ce propose, que «le rythme est bon» et ce, à l’instar de celui inhérent au versement de l’allocation chômage au primo demandeurs de travail, dont 75 % de l’effectif recevra incessamment son premier dû. Lors de sa visite dans la wilaya, le ministre a visité un laboratoire dentaire ultramoderne, créé au titre des start-up locales, l’hôtel Edjorf Edahabi à Melbou qui relève de la tutelle de la CNAS et organisé une réunion de travail avec ses cadres. L’occasion a été saisie, par ailleurs, pour la distribution d’attestations d’intégration à une dizaine de jeunes travailleurs et autant concernant l’attestation d’attribution de l’allocation chômage.

M. B.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img