22.9 C
Alger
dimanche 2 octobre 2022

Le ministre des Moudjahidine, Laid Rebigua Les explosions nucléaires de Reggane visaient à isoler le peule de sa Révolution

Les explosions nucléaires menées à Reggane (Adrar), mais aussi dans d’autres régions du Sud algérien, constituaient « un des nombreux crimes perpétrées par la France coloniale à l’égard du peuple algérien, dans le cadre d’une stratégie visant à isoler le peuple de sa Révolution, à l’intérieur et à l’extérieur », a affirmé hier le ministre des Moudjahidine et Ayant-droits, Laid Rebigua. Dans un message lu à Reggane en son nom par le chef du cabinet du ministère, Abdelhafidh Khellaf, à l’occasion de la commémoration du 62ème anniversaire de ces explosions, le ministre a indiqué que ces explosions « ont engendré drame, douleur et souffrances au peuple algérien, mais elles ont renforcé sa cohésion et l’unité nationale et ancré dans la mémoire du peuple l’authenticité et la profondeur de son histoire ». Lu en présence des autorités locales, des membres de la famille révolutionnaire et des représentants de la société civile, le message fait appel aussi à l’ensemble des acteurs concernés pour accomplir le devoir de préservation de la mémoire et de valorisation des acquis des Chouhada et Moudjahidine et de leurs énormes sacrifices pour la défense de la patrie.
Le ministre a lancé, en outre, un appel aux chercheurs et enseignants à approfondir les études sur les explosions nucléaires françaises, sous tous les aspects. Il a salué à l’occasion, le projet d’ouverture par les autorités locales d’une annexe thématique du Musée du Moudjahid consacrée aux explosions nucléaires de la France coloniale à Reggane et appelé à constituer un fond documentaire et muséale à la disposition des chercheurs, des enseignants et des étudiants. Il appellera, pour cela, les moudjahidine et les habitants de la région à enrichir l’annexe du musée de documents, d’archives et pièces muséales pour être exposés au public et à enregistrer les témoignages vivants des moudjahidine et moudjahidate pour les mettre entre les mains des spécialistes et chercheurs. En marge de cette commémoration, la délégation officielle, accompagnée des autorités locales, a assisté au lancement d’une campagne de plantation d’arbres à la place des martyrs, à la mise en service d’un château d’eau de 1.500 m3, et à l’inspection des travaux de finalisation d’une centrale électrique de 40 MW ainsi que de l’équipement de l’hôpital de Reggane en moyens de génération d’oxygène médicale. Une école primaire dans la commune de Sali (Daira de Reggane) a été baptisée du nom du Moudjahid Ahmed Ouhalla, à l’occasion de cette commémoration qui a donné lieu aussi à la visite d’un moudjahid et à une cérémonie de remise de prix aux vainqueurs d’un marathon.

R. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img