22.9 C
Alger
mardi 9 août 2022

Le ministre de l’Agriculture au sujet du mouton de l’Aïd: Promesse de stabilisation des prix dans les jours à venir

« Les prix du bétail étaient abordables dans les régions d’élevage par rapport aux grandes villes où le bétail se vend dans des points de vente, ce qui explique la flambée des prix », a indiqué, hier à Alger, le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mohamed Abdelhafid Henni, précisant que les prix devraient se stabiliser dans les jours à venir.

« Les prix du bétail varient en fonction des charges et des coûts d’activité », c’est l’explication qu’a donné le ministre de l’agriculture dans une déclaration à la presse en marge d’une plénière de l’Assemblée populaire nationale, présidée par le vice-président de la chambre basse, Ali Tarbago, en présence de la ministre des Relations avec le Parlement, Besma Azouar. Il a précisé, dans ce cadre, que les « prix du bétail étaient abordables dans les régions d’élevage par rapport aux grandes villes où le bétail se vend dans des points de vente, ce qui explique la flambée des prix ». A ce propos, le ministre a mis en avant l’impératif de « trouver une solution radicale aux points de vente anarchiques gérés par des personnes sans expérience », relevant que l’élevage du bétail doit revenir à des spécialistes qui veillent à assurer une nourriture à base d’orge en vue de garantir une bonne qualité de viande et éviter ainsi le phénomène de putréfaction enregistrée les années précédentes en raison du changement soudain de la nourriture des moutons. « Nous avons coordonné avec le ministère du Commerce et de la Promotion des exportations et les autorités locales des wilayas pour l’organisation de marché de la Rahma où toutes les conditions adéquates sont assurées », a-t-il fait savoir, appelant les citoyens à éviter les points de vente anarchiques. Lors de la séance consacrée aux questions orales, le ministre qui répondait à une question sur l’accompagnement scientifique de l’activité d’élevage dans la wilaya de Tébessa, a indiqué que « le secteur cherche à travers les instituts disponibles un accompagnement technique aux éleveurs et investisseurs, notamment à travers l’Institut national de la médecine vétérinaire ». Il a fait état d’un travail en cours pour relancer le projet de création d’un institut agricole dans la wilaya de Tébessa au profit du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique pour former des cadres spécialisés dans l’encadrement de l’activité d’élevage du bétail. Concernant l’application de la loi 18-83 du 13 août 1983, relative à la possession de terres foncières dans le sud, notamment dans la wilaya d’Ouled Djellal, Henni a affirmé que cette loi est en vigueur, expliquant qu’après la création de la wilaya d’Ouled Djellal, la base de données relative au foncier agricole a été transférée de Biskra à Ouled Djellal. Cette base de données comprend des statistiques sur 3 927 exploitations agricoles qui ont bénéficié de décisions de concession pour une superficie de 23 753 hectares, outre la délivrance de 922 décisions relatives à la levée de la clause résolutoire pour une superficie de 5 018 hectares. Le nombre d’exploitations agricoles concernées par les décisions de résiliation des contrats est de 1720 exploitations pour une superficie de 10 938 hectares, tandis que 293 dossiers ont été transférés dans le cadre du transfert d’actifs. Henni a souligné que le secteur a donné des instructions aux walis « pour accélérer l’opération d’épuration de foncier agricole et permettre aux agriculteurs de récupérer leurs terres », ajoutant que dans le cadre du décret exécutif n 21-432 définissant les conditions d’octroi des terres relevant des Domaines de l’Etat dans le cadre de la mise en valeur, 434 000 hectares de terres ont été mobilisés et octroyés aux investisseurs qui ont déposé leurs demandes via le site internet de l’Office National de l’agriculture saharienne. A ce jour, 140 projets d’investissement ont été accordés dans les régions du sud à l’instar d’Adrar, Timimoun, El Menia et Ouargla, a ajouté le ministre. Pour l’extension des capacités de stockage des céréales dans la wilaya d’Adrar, le ministre a rappelé que le projet est confié à un groupe Algéro-Italien pour la réalisation de 30 silos en acier par la société « BATIMETAL », ajoutant que le taux de réalisation du projet n’a pas dépassé 32 % en raison de lacunes dans les travaux. Des mesures nécessaires seront prises à l’encontre de l’entreprise qui n’a pas honoré ses engagements contractuels. Quant au projet de réalisation de 6 unités de stockage de proximité dans la même wilaya, le ministre a souligné que ce projet est tributaire des enveloppes financières.

Thinhinane Khouchi

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img