37.9 C
Alger
dimanche 14 août 2022

Le ministre de la Santé souligne l’importance de la continuité des services liés au VIH / Sida : le DTG en première ligne thérapeutique

Le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a souligné, hier à Alger, l’importance de la continuité des services de santé liés au VIH, à l’instar de l’accès au dépistage et au traitement, y compris dans le contexte Covid-19.
Dans une allocution lue en son nom par son conseiller, Mohamed El-Hadj, à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, le ministre a mis l’accent sur «l’importance des services liés au VIH, tel l’accès au dépistage et au traitement y compris dans le contexte Covid-19, sans discrimination aucune, ni stigmatisation, pour éliminer l’épidémie de s ida en tant que menace de santé publique».
La célébration de cette Journée est placée cette année sous le thème : «Mettre fin aux inégalités, mettre fin au sida, mettre fin aux pandémies», avec comme slogan national «Sans préjugés, sans discrimination pour mettre fin au sida», a-t-il précisé.
«La pandémie Covid-19 a perturbé les services de santé et menace les progrès accomplis au cours des 20 dernières années dans le domaine aussi bien de la santé que du développement, y compris pour ce qui est des avancées dans la lutte contre le VIH», a-t-il indiqué.
L’objectif général de la Journée mondiale 2021 s’inscrit dans l’accélération de la riposte pour éliminer le sida d’ici l’an 2030, en mettant l’accent sur l’accès équitable aux soins et sur leur qualité, dans le respect du droit à la santé pour tous et souligne l’importance des services liés au VIH tel l’accès au dépistage et au traitement y compris dans le contexte Covid-19 sans discrimination aucune ni stigmatisation pour éliminer l’épidémie de sida en tant que menace de santé publique. C’est aussi une opportunité pour consolider les progrès accomplis, a-t-il affirmé.
Il a également évoqué la «volonté politique» qui, selon lui, «s’est traduite par une mobilisation totale du gouvernement et de l’ensemble des intervenants, notamment la société civile, dans un cadre multisectoriel consacré par un décret exécutif du Premier ministre et appuyé par le maintien du recours à un financement conséquent avec plus de 95 % sur le seul budget de l’Etat, permettant d’assurer un accès universel et gratuit pour toutes les prestations, y compris le dépistage et le traitement».
L’Algérie s’est fixée, a-t-il poursuivi, des priorités pour l’accélération de la riposte au sida, en particulier au sein des groupes les plus vulnérables au risque du VIH, l’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant, le renforcement des activités de prévention, le dépistage, le traitement, les soins et l’accompagnement avec l’appui de la société civile.
«Je tiens à citer et à saluer les actions mises en œuvre avec beaucoup d’engagement par tous nos partenaires durant la pandémie Covid-19, notamment la société civile, à travers leur implication de plus en plus grande dans les interventions de prévention de proximité auprès des populations vulnérables, et celles visant à soutenir, sur le plan psycho-social, les personnes vivant avec le VIH, comme la médiation sociale et l’acheminement des médicaments aux personnes vivant avec le VIH», a assuré le ministre.
«Le ministère de la Santé a actualisé le guide de prise en charge thérapeutique, en inscrivant le DTG en première ligne thérapeutique. Ceci permettra de traiter environ 80 % des personnes vivant avec le VIH avec le Dolutégravir (DTG), et réduire la facture annuelle des traitements antirétroviraux», a-t-il souligné.
Dalil A.

Article récent

Le 14 Aout 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img