20.9 C
Alger
lundi 26 septembre 2022

Le Makhzen et ses réseaux veulent inonder l’Algérie de drogues: D’énormes quantités de kif marocain saisies par l’ANP

Des réseaux internationaux connus pour leurs accointances avec le régime du Makhzen mènent une campagne pour inonder l’Algérie de drogues. Les détachements de l’Armée nationale populaire, qui luttent contre ce trafic hautement nuisible, ont saisi des quantités importantes de kif traité s’élevant à 2 013,86 quintaux (qx), introduites via les frontières avec le Maroc, ainsi que 6 261 775 comprimés psychotropes et ont arrêté 3 183 narcotrafiquants durant la période allant du 1er janvier 2017 au 24 février 2021. Selon un bilan opérationnel de l’ANP, il a été procédé à la saisie de 486,5 quintaux de kif en 2017, 246,9 qx en 2018, 478,15 qx en 2019, 703,2 qx en 2020 et 99,11 qx depuis le début de l’année en cours. Aussi, 549 narcotrafiquants ont été arrêtés en 2017, 611 en 2018, 723 en 2019, 1 028 en 2020 et 272 en 2021. «A cause de ses immuables positions envers les causes justes dans le monde et dans la région, l’Algérie est en ligne de mire des réseaux internationaux alliés avec des pays de la région dont les intentions politiques sont sournoises, avec à leur tête le régime du Makhzen», est-il souligné dans ce bilan. Ces réseaux, ajoute la même source, «s’efforce à atteindre l’épine dorsale de notre société que représente la jeunesse, et ce, à travers l’acheminement de tous types de drogues». «Le régime marocain use de tous les moyens pour faire écouler et vendre ses drogues en dehors de ses frontières, et ce, en faisant fi de la sécurité et de la stabilité des pays du voisinage», regrette-t-elle, pointant du doigt «l’impunité assurée par le régime du Makhzen aux narcotrafiquants et aux réseaux de narcotrafic». Cette impunité «est expliquée par les tentatives du Makhzen à voiler ses multiples échecs économiques et pour apaiser l’ébullition sociale». Le bilan relève aussi que «la pauvreté prend de l’ampleur au Maroc et le chômage s’installe de plus en plus parmi les jeunes. C’est pourquoi, le régime marocain ferme les yeux sur la contrebande et le narcotrafic. De surcroît, il encourage et motive ses éléments postés sur ses frontières pour faciliter l’acheminement de tonnes de drogues vers l’Algérie».Pour faire face à ces «campagnes acharnées», l’ANP «déploie d’énormes et intenses efforts pour la sécurisation des frontières nationales et dans la lutte contre la criminalité organisée, notamment les bandes de narcotrafic, à travers une stratégie globale adaptée aux méthodes des bandes de narcotrafiquants et les pays derrière elles, le Makhzen en particulier», affirme-t-on. «Cette stratégie s’avère efficace à travers les opérations de qualité menées dans le cadre de la lutte contre le narcotrafic», ajoute-t-on.
Un rapport de l’ONU, publié en août 2020, «a mis en garde contre la poursuite, d’une façon régulière et stable, de production et d’exportation du cannabis et de haschich depuis le Maroc vers les pays du voisinage et du Sahel, ce qui contribue au financement des groupes terroristes actifs et à la déstabilisation de la région à cause de l’interconnexion qui existe entre les bandes de narcotrafic et les groupes terroristes activant dans la région où ces groupes assurent une couverture sécuritaire aux narcotrafiquants en contrepartie d’une part des rentes des opérations de narcotrafic».
Aomar Fekrache

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img