23.9 C
Alger
vendredi 1 juillet 2022

Le livre scolaire doit être imprimé en trois parties : En finir avec la lourdeur du cartable

Afin d’alléger les cartables des écoliers qui pèsent souvent plus de 3 kilos, le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, a évoqué la recommandation du président de la République portant sur la nécessité d’«imprimer le livre scolaire en trois parties, une pour chaque trimestre». Malgré les campagnes de sensibilisation, les appels lancés par les différents syndicats du secteur de l’Education ainsi que les parents d’élèves, le poids du cartable scolaire demeure toujours lourd. En effet, beaucoup de parents, pour préserver la santé de leur progéniture, portent les cartables à la place de leurs enfants lorsqu’ils les accompagnent à l’école. Ils dénoncent le poids de ce dernier, disant craindre les répercussions sur la santé de leurs enfants. Ils citent, entre autres, des maladies qui peuvent surgir à long terme, les douleurs au cou ou encore la scoliose. A ce propos, la présidente de la Fédération nationale des parents d’élèves, Djamila Khiar, avait indiqué que «les communes doivent doter les écoles de tiroirs ou de casiers, d’autant qu’il s’agit dorénavant d’une question de santé publique». Elle avait également préconisé la division des manuels en chapitres, la réduction du volume des cahiers et la prévision de rangements pour les manuels des élèves. Parallèlement, des médecins et spécialistes ont à moult reprises mis en garde contre les répercussions du poids du cartable scolaire sur la santé des élèves. La spécialiste en rééducation et réadaptation fonctionnelle à l’hôpital de Ben Aknoun (Alger), le Pr Wahiba Chenaf, spécialiste dans le traitement de la scoliose, avait affirmé que l’hôpital reçoit quotidiennement un «grand nombre» d’enfants qui souffrent de scoliose, soulignant que cette déformation de la colonne vertébrale est due à la rotation d’une des vertèbres de sa place. De son côté, Mourad Farid, médecin spécialiste en santé scolaire, a fait savoir qu’un cartable lourd augmentait le risque de scoliose chez l’enfant, appelant les parents à la surveillance du poids des cartables de leurs enfants, qui ne doivent pas dépasser les 10 à 20 % du poids de l’élève (soit un poids de 1 à 2 kg). Afin de remédier à ce problème qui perdure depuis des années, le gouvernement à souvent apporté des propositions, instauré des mesures qui malheureusement n’ont pas donné les résultats souhaités. Jeudi dernier, lors de l’inauguration officielle du 25e Salon  international du livre d’Alger, le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, a évoqué, du côté de l’Office national des publications scolaires, la recommandation du président de la République portant sur la nécessité d’«imprimer le livre scolaire en trois parties, une pour chaque trimestre, afin d’alléger le poids des cartables des écoliers». En outre et dans le même ordre d’idées, le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, avait appelé, en janvier dernier, les directeurs d’éducation des 58 wilayas à lui proposer 3 écoles de chaque commune afin qu’elles soient équipées, dès la prochaine rentrée scolaire, de tablettes électroniques. Les écoles que les directeurs d’éducation proposeront au ministère devront toutefois répondre à certaines conditions, comme disposer de classes de 3e, 4e et 5e années, d’un seul groupe des classes précédemment citées, et que le nombre total les élèves des 3 classes prévu pour l’année prochaine ne dépassent pas les 90.
Thinhinane Khouchi

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img