22.9 C
Alger
dimanche 2 octobre 2022

Le Kremlin rejette «catégoriquement» toutes les accusations: La Russie demande une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur Boutcha

La Russie a rejeté «catégoriquement» toutes les accusations liées à la découverte d’un grand nombre de cadavres de civils à Boutcha, près de Kiev, a déclaré, hier, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. «Nous rejetons catégoriquement toutes les accusations», a-t-il indiqué à la presse, assurant que les experts du ministère russe de la Défense avaient découvert des signes de «falsifications vidéo» et des «fakes» dans les images présentées par les autorités ukrainiennes comme preuves d’un massacre dont elles accusent la Russie. A cet effet, Moscou a demandé une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU pour statuer sur les «provocations haineuses» commises selon elle par l’Ukraine à Boutcha, où les troupes russes sont accusées d’atrocités contre des civils. «À la lumière des provocations haineuses des radicaux ukrainiens à Boutcha, la Russie a demandé une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU», a tweeté l’ambassadeur adjoint de la Russie aux Nations unies, Dimitri Polianski. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé, dimanche, les dirigeants russes de «tortures» et de «meurtres» après la découverte à Boutcha, dans la région de Kiev, de fosses communes et de centaines de corps de civils. Le ministère russe de la Défense a affirmé que les images de cadavres dans les rues de la ville étaient «une nouvelle production du régime de Kiev pour les médias occidentaux».

La Russie va enquêter sur une «provocation» contre l’armée russe
La Russie a annoncé, hier, qu’elle allait enquêter sur une «provocation visant à discréditer les forces russes en Ukraine». Le patron du Comité d’enquête russe, Alexandre Bastrykine, a ordonné de «donner une évaluation judiciaire de la provocation de la part de l’Ukraine concernant le meurtre de civils à Boutcha», a indiqué dans un communiqué cet organisme chargé des principales enquêtes pénales dans le pays. «Afin de discréditer les militaires russes, le ministère de la Défense ukrainien a diffusé auprès des médias occidentaux des images tournées à Boutcha, dans la région de Kiev, comme preuve d’une tuerie de masse des civils», a accusé le communiqué. «Selon les informations du ministère russe de la Défense, tous les matériaux diffusés par le régime de Kiev sur les crimes des militaires russes dans cette localité ne correspondent pas à la réalité et ont un caractère provocateur», affirme-t-il. Selon la même source, M. Bastrykine a ordonné de prendre des «mesures exhaustives» pour identifier toutes les personnes impliquées et établir si elles doivent être poursuivies pour diffusion de «fausses informations» sur l’armée russe, un crime apparu dans le code pénal russe après l’offensive en Ukraine et passible de 15 ans de prison.

La Russie et la Biélorussie privées d’accès aux fonds de la Berd
La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) a annoncé, hier, «suspendre avec effet immédiat l’accès de la Russie et de la Biélorussie à ses financements et à son expertise, en raison de la crise ukrainienne». «Cette décision signifie qu’il ne peut y avoir de nouveaux financements de projets ou d’activités de coopération technique de la Berd en Russie ou en Biélorussie», a précisé l’institution dans un communiqué. La banque, qui avait déjà annoncé être en train de fermer ses bureaux à Moscou et à Minsk, indique qu’elle «se réserve le droit de suspendre ou d’annuler de nouveaux versements de financements sur des projets existants».

Meriem Benchaouia

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img