20.9 C
Alger
mardi 28 juin 2022

Le gouvernement au sujet de la situation socioprofessionnelle des travailleurs : La solution aux revendications doit se faire «progressivement»

Le Premier ministère a réagi aux mouvements de contestation qui secouent le front social ces derniers temps. Le gouvernement estime ainsi que la recherche de solutions aux différentes revendications socioprofessionnelles doit se faire progressivement, en prenant en compte les répercussions et les retombées de la crise économique et sanitaire que traverse le pays.

Par Louisa Ait Ramdane

Le gouvernement fait face depuis quelques semaines à plusieurs mouvement de protestation dans la Fonction publique, notamment l’Éducation, les praticiens de la Santé publique et récemment les agents de la Protection civile. Ce qui a poussé le Premier ministère à réagir à son tour à ces mouvements de protestation. La solution à ces différentes revendications, selon le gouvernement, doit se faire dans le cadre d’une «approche progressive».
Le gouvernement a reconnu d’emblée que «la Constitution algérienne, en particulier les articles 69 et 70, et la législation nationale, ont consacré l’exercice des droits syndicaux, y compris le droit à la grève». Toutefois, il invite les travailleurs algériens à faire «la distinction entre l’exercice de leurs droits syndicaux dévoués et l’expression de leurs revendications professionnelles, qui doivent être étudiées par un dialogue ouvert, comme le président de la République l’a précédemment exprimé personnellement à maintes reprises». La dernière fois, indique le communiqué du Premier ministère, c’était lors du Conseil des ministres du 2 mai dernier lorsque le Président Tebboune a mis en garde contre certains mouvements trompeurs qui visent à exacerber la situation et exploiter les conditions socioprofessionnelles des travailleurs à «des fins douteuses».
Le gouvernement Djerad a accusé certains mouvements de faire de l’activité syndicale un instrument pour «semer la discorde (la fitna)». Des mouvements, ajoute-t-il, «dont les projets ont été repérés et dénoncés».
Pour le gouvernement, l’Algérie a assisté «les deux dernières décennies, sous le pouvoir de la bande, à de mauvaises pratiques qui s’écartent de la revendication légitime de ses droits». Le Premier ministère estime nécessaire de souligner que «la majorité du peuple algérien est attachée au cadre constitutionnel, exprimant ceci à travers leur adhésion à la construction, au contraire de cette minorité, dont des membres sont à l’étranger, qui active pour propager le désespoir et faire échouer le changement et la lutte contre la corruption». La même source conclut que «le changement et la construction de la nouvelle Algérie requiert la raison et la solidarité».
Dans ce contexte, le gouvernement rappelle que l’exercice des droits syndicaux ne doit pas s’exercer au détriment des lois y afférentes, notamment en ce qui concerne l’activation des différents mécanismes de règlement des conflits collectifs de travail, par voie de réconciliation, médiation et arbitrage, tel que stipulé dans les dispositions de la loi N° 90-02 relative à la prévention et au règlement des conflits collectifs de travail et à l’exerce du droit de grève modifiant et complétant la loi N° 91-27.
Le gouvernement a tenu à préciser qu’«en cas d’échec de ces mécanismes ou du dialogue, il est possible de recourir à la grève dans le cadre du respect total des conditions consacrées dans la loi, notamment l’impératif de convoquer une Assemblée générale des travailleurs, la prise de ce genre de décisions après le vote à bulletin secret, en s’engageant à saisir l’employeur dans un délai minimum de 8 jours».
La même source a précisé que «cet appel est adressé à tous les travailleurs à l’effet de faire montre de sens de responsabilité et de respect de la légitimité juridique tel que prévu dans les législations en vigueur et d’éviter de tomber dans le piège de ceux qui veulent semer le chaos dans le pays».
Enfin, le gouvernement a affirmé être déterminé «à poursuivre le dialogue avec les partenaires sociaux afin de consolider la paix sociale, et il est également déterminé à affronter fermement toutes les tentatives visant à saper l’ordre public», selon la même source.
L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img