19.9 C
Alger
lundi 3 octobre 2022

Le fléau sanglant reprend de plus belle: L’hécatombe routière ne fléchit pas

Malgré les nombreuses campagnes de sensibilisation quant au phénomène d’insécurité routière et les risques du non-respect du code de la route, chaque jour, des dizaines d’accidents de la circulation sont enregistrés.

Par Thinhinane Khouchi

Le nombre d’accidents de la route est en constante augmentation. En effet, l’évolution de ce phénomène à l’échelle nationale, aussi bien en milieu urbain que rural, donne froid dans le dos. Malgré l’implication des pouvoirs publics, le nombre des décès dus à ces accidents augmente de façon inquiétante ces dernières années, et leur cause principale reste l’excès de vitesse. Cette semaine seulement, la Protection civile a enregistré plusieurs accidents mortels. Au cours de la période du 30 janvier au 5 février, «trente-huit personnes ont trouvé la mort et 1 211 autres ont été blessées dans 1 049 accidents de la circulation survenus dans plusieurs wilayas du pays», indique, hier, un communiqué de la Protection civile. Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya de Ouargla, avec 6 morts et 24 blessés dans 10 accidents de la circulation, précise la même source. De la période allant du 5 au 9 février, 16 personnes ont trouvé la mort dans des accidents de la circulation survenus dans plusieurs wilayas du pays, indiquent les différents communiqués de la Protection civile. Les bilans les plus lourds ont été enregistrés au niveau des wilayas de Djelfa, avec 2 morts et 4 blessés, suite à une collision entre deux véhicules sur la RN165, dans la commune de Dar Echoyoukh, et à Ouargla, où l’on déplore la mort de 2 personnes, suite au renversement d’un véhicule dans la commune d’Ain El Beida, précise la même source. Par ailleurs, il est à rappeler que la chargée de l’information et de la communication à la Délégation nationale à la sécurité routière, Fatma Khellaf, avait mis l’accent sur la nécessité de renforcer l’action commune pour ancrer la culture routière au sein de la société, face à la recrudescence du nombre de victimes d’accidents de la circulation ces dernières années, notamment chez les nouvelles générations, de façon à réduire les accidents de la route. Elle avait précisé que durant les neuf premiers mois de l’année passée, «la DNSR a recensé 2 575 morts et 24 693 blessés dans 18 287 accidents de la circulation au niveau national». Par rapport à la même période de l’année 2020, le nombre d’accidents de la circulation a augmenté de 20,19 %, celui des blessés de 27,26 % et celui des décès de 20,10 %, selon la Délégation. Cette recrudescence du nombre d’accidents est due principalement au facteur humain, à l’excès de vitesse, aux manœuvres dangereuses et au non-respect de la distance de sécurité, avait indiqué Fatma Khellaf, précisant que les piétons sont également impliqués dans ces accidents notamment en zones urbaines, outre les conducteurs de motocyclettes (21 %) , et ce, en dépit du fait qu’elles ne représentent que 2,5 % du parc national automobile. Pour mettre fin à ce massacre routier, cette dernière avait mis l’accent sur la nécessité d’«inculquer la culture de la sécurité routière parmi les générations montantes, de promouvoir la formation pour atteindre l’intelligence routière par la recherche des raisons qui mènent à la hausse des accidents et la manière de les réduire à travers le civisme».
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img