16.9 C
Alger
dimanche 4 décembre 2022

Le fils de Déby occupera la fonction de «président de la République du Tchad»: L’Algérie suit les événements avec «une très grande préoccupation»

A la tête du Tchad depuis 30 ans, Idriss Déby Itno a été mortellement blessé dans des combats contre des rebelles. C’est son fils, le général Mahamat Idriss Déby, qui prend son relais pendant la période de transition. «L’Algérie suit avec une très grande préoccupation les événements en cours en République du Tchad», a réagi le ministère des Affaires étrangères.
«L’Algérie appelle tous les fils du Tchad à faire preuve d’un sens de responsabilité et à privilégier le dialogue, seule issue à même de leur permettre de traverser les épreuves actuelles et de préserver la paix et la stabilité dans le pays», a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères. «L’Algérie rappelle son ferme attachement au principe cardinal de l’Union africaine lié au rejet des changements anticonstitutionnels», a souligné le même communiqué. Par ailleurs, le Conseil militaire de transition instauré mardi après la mort d’Idriss Déby Itno va prendre les commandes du pouvoir pendant une période de transition de 18 mois avant des «élections libres et démocratiques». C’est le fils d’Idriss Déby, le général Mahamat Idriss Déby qui va occuper les fonctions de président de la République pendant cette période, selon une Charte de la transition publiée hier sur le site de la Présidence. Cette dernière abroge la précédente Constitution et sera exécutée comme «loi fondamentale de la République», selon les termes du document. L’Assemblée nationale a été dissoute. Mahamat Idriss Déby, général de corps d’armée âgé de 37 ans et également «chef suprême des Armées» aura les pleins pouvoirs. Il va présider «le Conseil militaire de transition, le Conseil des ministres, les Conseils et Comités supérieurs de défense nationale». C’est lui qui promulguera les lois adoptées par les 69 membres du Conseil national de transition, nommés (et éventuellement révoqués) directement par lui. Le Conseil militaire de transition a assuré vouloir «garantir l’indépendance nationale, l’intégrité territoriale, l’unité nationale, le respect des traités et accords internationaux», a annoncé l’armée.

L’Afrique et le monde réagissent
En Afrique comme à l’extérieur du continent, gouvernements et dirigeants d’organisations internationales se sont exprimés. La France «perd un ami courageux», a réagi l’Élysée dans un communiqué, soulignant l’importance d’une «transition pacifique» au Tchad. Paris «exprime son ferme attachement à la stabilité et à l’intégrité territoriale du Tchad». La France «perd un allié essentiel dans la lutte contre le terrorisme au Sahel», a estimé la ministre des Armées, Florence Parly.

L’ONU «profondément attristée»
Dans un communiqué à New York, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a aussi salué l’engagement du Tchad sous Idriss Déby dans «la lutte contre le terrorisme». Profondément attristé par le décès du président tchadien, Antonio Guterres salue «un partenaire essentiel pour les Nations unies qui a contribué de manière significative à la stabilité régionale, en particulier dans le cadre des efforts de lutte contre le terrorisme, l’extrémisme violent et le crime organisé au Sahel».
Meriem Benchaouia

Article récent

Le 04 Decembre 2022

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img