21.9 C
Alger
jeudi 30 juin 2022

Le directeur de l’Institut Pasteur, estimant que «la situation épidémiologique est bonne»

«L’Algérie n’est pas concernée par les dernières mises en garde de l’OMS»

«La situation épidémiologique étant bonne, l’Algérie n’est pas concernée par les dernières mises en garde de l’Organisation mondiale de la santé». C’est ce qu’a affirmé, hier, Fouzi Derrar, directeur de l’Institut Pasteur-Algérie, qui réagissait aux avertissements de l’OMS sur une augmentation dans les mois prochains du coronavirus en Europe. Toutefois, il appellera à tirer les enseignements de cette recrudescence attendue dans le vieux continent pour «une meilleure maîtrise de la propagation du virus en Algérie».

Par Lynda Naili

Le directeur de l’Institut Pasteur-Algérie, Fouzi Derrar, qui intervenait hier sur les ondes de la Radio Chaîne 1, relevant que
l’évolution de la situation épidémiologique de la pandémie de coronavirus en Europe était bien différente de celle en Algérie, affirmera que notre pays n’est pas concerné par les dernières mises en garde de l’Organisation mondiale de la santé qui s’attend à une remontée du nombre de contaminations en Europe cet automne qui coïncidera avec la mise au point d’un vaccin, toujours en cours. Argumentant sa déclaration, le directeur de l’Institut Pasteur-Algérie dira que le pic épidémiologique survenu durant les mois de mai et juin étant dépassé, l’évolution de la pandémie de Covid- 19 a commencé à se stabiliser à partir du mois de juillet avant d’entamer sa courbe décroissante des cas de contamination. Il appuiera ainsi ses propos par le soulagement intervenu dans bon nombre d’unités hospitalières en charge du traitement du Covid-19. Le même soulagement, poursuivra-t-il, a été constaté tant dans les salles de réanimation qu’au niveau des laboratoires d’analyses qui avaient enregistré une grande affluence. «Ce sont là, déduira-t-il, autant d’indicateurs prouvant que la situation épidémiologique du coronavirus en Algérie est bonne». Par ailleurs, commentant les mises en garde de l’OMS, Fouzi Derrar qualifiera ces dernières de «logiques», dans la mesure où une hausse du nombre de transmissions en Europe cet automne est attendue en raison notamment du rafraîchissement des températures saisonnières avec la venue de l’automne, mais aussi à cause de la reprise sociale et surtout scolaire dans plusieurs pays d’Europe. «Ce qui n’est pas le cas en Algérie, insistera-t-il, où nous devons suivre avec attention cette évolution épidémiologique en Europe en vue d’en tirer les enseignements pour une meilleure maîtrise de la propagation du virus en Algérie». D’autant plus, préviendra-t-il, que «des indicateurs font état actuellement de la prolifération de la grippe saisonnière». A ce propos, évoquant le vaccin anti-grippal, le directeur de l’Institut Pasteur-Algérie appellera les personnes âgées notamment à se faire vacciner et ce, pour une meilleure immunisation contre les dangers de la grippe saisonnière, avertissant ainsi que le vaccin anti-grippal n’écarte nullement une contamination au Covid-19.


L. N.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img