24.9 C
Alger
mardi 16 août 2022

Le D-G de l’Institut Pasteur : «L’Algérie est en train de dépasser le pic de la 4ème vague»: Fawzi Derrar insiste sur l’impératif de se faire vacciner

Alors que la tendance baissière des cas de contamination au Covid-19 se confirme quotidiennement selon les chiffres officiels, les spécialistes du secteur évoquent l’approche de la fin de la 4ème vague.

Par Louisa A.R.

L’Algérie enregistre depuis plus d’une semaine une décrue sensible des contaminations au Covid-19, passant du record des contaminations quotidiennes de 2.512, au dessous de 1.000 cas. De point de vue de directeur général de l’Institut Pasteur, le Dr Fawzi Derrar, au vu les données épidémiques, «on peut dire que nous sommes en train de dépasser le pic de la 4ème vague», soulignant que «le pire est derrière nous». Dans une déclaration à la Chaîne privée Ennahar TV, le même responsable détaille que l’organisation mondiale de la santé OMS a déjà annoncé qu’un certain nombre de pays commencent à voir les prémices d’une sortie de crise. Revenant à la situation épidémiologique actuelle, le Dr Derrar annonce que 93% les cas de contaminations enregistrées sont du variant Omicron et 7%au variant Delta, «qui reste toujours dangereux», avertit-il.
Cependant, le DG de l’Institut Pasteur n’exclut pas que d’autres vagues de virus se produisent dans les mois à venir en Algérie et ailleurs dans le monde. Pour ce qui est de la vaccination, il indique qu’elle a atteint les 30% les catégories ciblées alors qu’il faut atteindre le taux de 60%pour concrétiser les objectifs escomptés.
Derrar explique également, que les vaccinations actuelles ne permettent pas au virus de ne pas se propager d’une personne à l’autre. Or, elle assure la protection du patient de développer les formes graves et son transfert aux soins intensifs avec un taux de 60% et de 90% s’il a reçu les deux doses, dira-t-il, notant que la plupart des décès qui ont été enregistrés sont non vaccinés. Ainsi, il préconise de se faire vacciner pour se protéger, car, insiste-t-il, la vaccination sera également l’un des facteurs qui vont contribuer à une sortie définitive du Covid-19 en devenant une maladie saisonnière.» Il faut revenir à la vaccination jusqu’à ce que le nombre de contaminés et de décès diminue», insiste-t-il. Dans le même sillage, le premier responsable de l’institut pasteur rappelle que 10 milliards de doses de vaccins ont été distribuées à travers le monde, niant l’existence de rapports attestant sur les décès dus à la vaccination. Dans une récente déclaration à la Radio de Sétif, le président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), Lyès Merabet, estime que le pic des contaminations a été dépassé en Algérie, mais aussi le pays se rapproche de la fin de la 4ème vague.
Mais une chose est sûre, il ne faut pas se précipiter à la levée des mesures barrières.

«La fin de le 4ème vague n’im-plique pas la fin de la pandé-mie», dira-t-il. Pour le spécialiste de la santé, «les jours à venir sont la meilleure période pour la vaccination, mais aussi pour atteindre l’immunité collective afin qu’on puisse se protéger de toute urgence, car c’est la seule solution».
L. A. R.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img