12.9 C
Alger
mercredi 1 février 2023

Le Brent à plus de 87 dollars: Les prix du pétrole poursuivent leur hausse

Les cours du pétrole montaient hier, profitant des espoirs de reprise économique de la Chine qui impliqueraient un rebond rapide de la demande du premier pays importateur de brut. Hier matin, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars gagnait 1,40 % à 87,13 dollars. Son équivalent américain, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en février, prenait 1,75 % à 81,58 dollars.
«Les marchés sont de plus en plus convaincus que l’abandon par la Chine de sa politique du zéro-Covid entraînera un fort redémarrage de l’activité économique et, par conséquent, stimulera la demande sur les marchés pétroliers mondiaux», ont relevé des analystes. Selon eux, un scénario favorable aux prix du pétrole, puisque l’augmentation attendue de la demande de la Chine et l’entrée en vigueur imminente de nouvelles sanctions à l’encontre de la Russie «pourraient générer une pénurie sur les marchés et déclencher une nouvelle escalade des prix». La Chine, premier importateur et deuxième consommateur de brut au monde, a en effet abandonné les derniers vestiges de sa très stricte stratégie sanitaire pour lutter contre le Covid-19. Côté gaz naturel, le contrat à terme du TTF néerlandais, considéré comme la référence européenne, s’échangeait à 60,145 euros le mégawattheure (MWh), après avoir touché mardi son plus bas prix depuis début septembre 2021. Les analystes expliquent cette petite reprise par les températures actuelles très froides. Elles devraient toutefois remonter au-dessus des normales saisonnières dans les prochains jours, ce qui devrait peser sur la consommation de gaz et faire retomber les prix.

L’Opep table sur une croissance inchangée de la demande pour 2023
L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a maintenu inchangées ses prévisions sur la croissance de la demande de pétrole pour 2023, dans un environnement économique mondial marqué par de nombreuses incertitudes et défis. L’Opep table dans son dernier rapport sur une croissance de la demande de 2,2 millions de barils par jour (mb/j), «avec une croissance de 0,3 mb/j dans les pays de l’OCDE et de 1,9 mb/j dans les pays hors OCDE», comme lors de son point de décembre. L’Opep prévoit une performance meilleure qu’escompté de l’activité économique chinoise après la levée des restrictions anti-Covid, justifiant de réviser, mais de façon mineure, la prévision de croissance de demande de pétrole. Cependant, la situation devrait à l’inverse se détériorer dans les autres régions, faisant baisser la demande de pétrole, selon le rapport. «Cette prévision demeure sujette à des incertitudes, liées notamment à la marche de l’économie mondiale, aux évolutions des mesures de lutte contre le Covid-19 et aux tensions géopolitiques», souligne l’Organisation dans son rapport de janvier. «Même si le rythme de la croissance devrait se poursuivre durant l’année 2023, l’économie mondiale continue à naviguer entre de nombreux défis, l’inflation élevée, le resserrement monétaire des principales banques centrales et les niveaux élevés de dette souveraine dans plusieurs régions», ajoute l’Opep qui table sur 2,5 % de croissance économique mondiale, après 3 % attendu pour 2022. Pour 2022, l’Opep estime que la demande de pétrole a augmenté de 2,5 mb/j, une hausse tirée par les pays hors OCDE. Pour rappel, les pays de l’Opep ont augmenté en décembre leur production de 91 000 barils par jour par rapport à novembre, pour atteindre un total de 28,97 millions de barils par jour, selon des sources indirectes citées dans le rapport.
Meriem Benchaouia

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img