15.9 C
Alger
mardi 23 avril 2024

Le boycott des examens écarté: Les enseignants font passer l’intérêt de l’élève avant leurs revendications

Finalement, plusieurs semaines après la menace de boycotter les examens officiels de fin d’année, les syndicats de l’Education nationale ont, à la veille des épreuves de la cinquième année primaire, décidé de «ne pas nuire au bon déroulement des examens», appelant ainsi à «leur réussite en reconnaissance des efforts de nos élèves au vu d’une année scolaire difficile et exceptionnelle».

Par Thinhinene Khouchi

Hier, les enseignants ont assuré la surveillance de l’examen de fin de cycle primaires (cinquième année). En effet, même s’ils avaient menacé de boycotter les examens de fin d’année notamment ceux officiels afin de pousser la tutelle à répondre à leurs revendications socioprofessionnelles, ils ont finalement décidé de renoncer à cette menace en faisant passer l’intérêt de l’élève avant leurs revendications. Dans un communiqué publié le 1er juin sur la page Facebook du Conseil des lycées d’Algérie (CLA) signé par neuf syndicats, il est indiqué que «dans les circonstances exceptionnels que vit le secteur de l’Education ainsi que les travailleurs du secteur et à la veille du lancement des examens officiels, des syndicats autonomes de l’Education se sont réunis afin de discuter du mouvement des enseignants et du développement de la situation dans le secteur». Lors de cette réunion, il a été décidé donc le boycott administratif de toutes les opérations liées à la clôture de l’actuelle année scolaire, l’instauration d’une loi criminalisant les auteurs de violence contre les enseignants. Concernant les examens de fin d’année officiels, les neufs signataires de ce communiqué ont décidé de «ne pas nuire au bon déroulement des examens officiels», appelant ainsi à «leur réussite en reconnaissance des efforts de nos élèves au vu d’une année scolaire difficile et exceptionnelle». A cette décision, le ministre de l’Education nationale, Mohamed Ouadjaout, qui était hier à Bordj Badji-Mokhtar pour donner le coup d’envoi officiel de l’examen de fin de cycle primaire, a indiqué que «l’enseignant est une ligne rouge et ne peut être touché», ajoutant : «Nous remercions les syndicats pour leur position». En outre, concernant l’examen de la cinquième année primaire qui a eu lieu hier, les parents et les élèves rencontrés devant les établissements primaires d’Alger-Centre ont tous confié que «les sujet des épreuves des trois matières, à savoir l’arabe et les mathématiques, qui ont eu lieu le matin, et le français l’après-midi, étaiant abordables». Enfin, il est à noter qu’après son annulation l’année dernière en raison du coronavirus, 853 391 élèves ont passé l’examen de fin de cycle primaire, dont 436 469 garçons et 416 922 filles, répartis sur 14 472 centres d’examen au niveau national. Le processus de correction débutera le 7 juin et les résultats seront annoncés le 18 juin. L’année dernière, le ministère de l’Education nationale a adopté une série de mesures sur la base des décisions du Conseil des ministres en mai 2020 concernant notamment l’organisation des examens nationaux session 2020 suite aux conditions sanitaires imposées par la pandémie de coronavirus (Covid-19). Ces mesures prévoyaient la suppression de l’examen de fin de cycle primaire et l’approbation du passage en classe supérieure en calculant la moyenne des premier et deuxième trimestres et en fixant la moyenne d’acceptation à 4,5 sur 10.
T. K.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img