23.9 C
Alger
vendredi 1 juillet 2022

L’art américain de la guerre

S’agissant de la durée de la guerre en Ukraine, les Américains avaient commencé par dire qu’elle serait particulièrement brève, une affaire de quelques jours sinon de quelques heures. Puis comme cette guerre ne se terminait pas, et que Kiev ne tombait pas, car les premiers temps c’était surtout vers la capitale ukrainienne que les regards étaient tournés, ils ont complètement changé d’optique, abandonnant d’un coup leurs premiers pronostics courts pour parler d’une guerre longue, très longue même. Du jour au lendemain donc, ils sont passés d’une prévision se mesurant en jours en une autre s’étalant sur des années. Ils ne vont pas en rester là toutefois. Tout aussi brusquement que précédemment, les voici maintenant qui soutiennent qu’elle ne durerait pas si longtemps, que quelques semaines suffiraient à l’amener à sa fin. Pour peu qu’on y regarde, ils n’ont pas tant varié dans leurs conjectures sur la durée de la guerre que sur son vainqueur. Une guerre éclair, c’est pour eux une guerre nécessairement remportée par la Russie, dont l’armée serait la deuxième après la leur. Du moment qu’eux-mêmes, qui pourtant ont incomparablement plus gagné de guerres au cinéma que dans la réalité, n’auraient fait qu’une bouchée de l’armée ukrainienne, ils avaient pensé que les Russes en feraient de même, même si cela devait leur prendre plus de temps et plus de peine.

Voyant que l’armée russe ne parvenait pas à entrer dans Kiev aussi rapidement que eux-mêmes l’auraient fait, ils ne sont pas tout de suite dit qu’elle était en train de perdre, mais que tout simplement elle n’était pas aussi bonne que la leur. Ils l’avaient surestimée, mais ils ne la sous-estimaient pas encore complètement. C’est toujours à elle qu’ils voulaient bien accorder la victoire, mais désormais au bout de plusieurs années d’un pénible et coûteux labeur. Une guerre qui tire en longueur alors qu’elle doit être déjà terminée, c’est une guerre que la partie la plus forte est en train de perdre, voilà qui à leurs yeux explique tout, pour étrange que cela puisse paraître. Lorsque les Américains sont parvenus à se convaincre que leur véritable erreur n’est pas sur la durée mais sur l’identité du vainqueur, ils se sont mis à croire du même coup que cette guerre n’était pas destinée à s’éterniser. C’est ainsi que Joe Biden est allé visiter dans leurs locaux les fabricants du lance-missiles anti-char Javelin, d’une part pour les féliciter de la qualité de leur produit, et à travers eux de l’autre pour annoncer au monde la victoire toute prochaine sur la Russie en Ukraine. S’il n’est pas allé jusqu’à qualifier positivement cette victoire d’américaine, le sens de ses propos n’y était pas loin cependant. Le message était clair : la supériorité des armes américaines emportera bientôt la décision. Cela dit, il n’y a pas que les Américains pour croire à présent que la guerre en Ukraine est en train d’être perdue par la Russie, donc gagnée par eux, nombre d’Occidentaux ont également réussi à s’en persuader. Un conflit de cette gravité, tout à fait susceptible de donner lieu à un embrasement généralisé, mais que les Occidentaux sous la conduite des Etats-Unis sont en train de tourner à leur avantage à tous, sans avoir eu pour cela à verser une seule goutte de sang de leurs soldats, en fait rien qu’en envoyant des armes à ces braves Ukrainiens, si généreux du leur en vue de se faire accepter parmi eux, n’est-ce pas là l’art de la guerre porté à son summum ?

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img