25.9 C
Alger
mardi 3 août 2021

L’ANIE affirme avoir honoré ses engagements constitutionnels: Charfi fustige «l’appel fallacieux» de Makri

L’Autorité nationale indépendante des élections (Anie) a affirmé, hier, avoir honoré ses engagements et ses promesses concernant les législatives du 12 juin, conformément à la Constitution et à la loi organique sur les élections, en assurant toutes les conditions et toutes les garanties pour le succès de cette échéance électorale, a indiqué un communiqué de l’Anie.

Par Aomar Fekrache

Ainsi, l’autorité présidée par Mohamed Charfi a répondu sèchement au président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazak Makri, qui a revendiqué, dans une déclaration sur sa page Facebook, la victoire des listes de son parti en Algérie et à
l’étranger. Ce chef de parti islamiste a appelé le président de la République «à protéger la volonté populaire, telle qu’exprimée dans les urnes». Makri n’a toutefois pas donné de preuves de sa victoire, le dépouillement n’étant pas terminé, ni de l’existence de cas avérés de fraude. L’Anie n’a pas tardé à réagir, affirmant que «le peuple algérien a voté dans une ambiance pacifique en toute démocratie et dans le strict respect du protocole sanitaire mis en place à cet effet». Elle a évoqué la rencontre et le dialogue ouvert avec les candidats aux élections législatives et la signature, par ces derniers, de la Charte d’éthique des pratiques électorales, en plaçant leur confiance dans l’Anie et dans son processus pour l’instauration des règles de la démocratie électorale après que celle-ci ait prouvé sa compétence et sa crédibilité lors de la présidentielle du 12 décembre 2019 et du référendum sur la Constitution, et aujourd’hui, aussi, avec la même confiance et détermination, dans l’application des lois de la République prévues dans la loi organique sur les élections.
«Les déclarations et communiqués émanant de certaines parties connues pour de telles pratiques et qui sont sans fondement, attentent à l’engagement de l’Anie et à son intégrité reconnue tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, en prétendant qu’elle n’est pas capable de protéger les voix des électeurs et en appelant le président de la République à assumer la responsabilité sur un ton de menace», martèle l’Anie dans un communiqué, ajoutant que «ces allégations portent atteinte aux valeurs de l’Etat et de la République, et sont un appel fallacieux pour semer l’anarchie et le doute». L’Autorité de surveillance des élections a réaffirmé qu’elle «est digne de confiance et à la hauteur de cette responsabilité», conclut le communiqué. La sortie du MSP semble annonciatrice d’une débâcle pour ce parti dont le président avait exprimé, lors de la campagne électorale, l’ambition de diriger le prochain gouvernement. En attendant l’annonce officielle des résultats, il est surtout à prévoir beaucoup de surprises. Le nombre important de sièges remportés par le FLN, l’échec de la plupart des partis islamistes, hormis le MSP et El Bina dont le nombre de sièges ne forment pas la majorité, ainsi que l’absence de raz-de-marée de listes indépendantes remettent en cause les prédictions des observateurs.
A. F.

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img