25.9 C
Alger
mardi 3 août 2021

L’analyste Mustapha Haddam à la Chaîne 3 : «Assainir la sphère politique prendra du temps»

Les élections législatives signent la fin des quotas et de l’achat des voix. C’est le point de vue de l’analyste politique Mustapha Haddam qui a estimé que «les mauvaises pratiques se réduisent».
Invité de la rédaction de la Chaine 3 de la Radio nationale, il a commenté les premiers résultats mais aussi le rôle de l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie) dans l’organisation de ce scrutin. Pour Mustapha Haddam, «même s’il reste des améliorations à apporter, les avancées démocratiques sont indéniables». L’analyste politique a précisé que les législatives 2021 signent la fin des quotas et de l’achat des voix. «Assainir la sphère politique est un processus qui prendra du temps», a prévenu Mustapha Haddam, estimant que les dispositions légales dissuasives, contenues dans la nouvelle loi sur les élections, font leur effet. «Les mauvaises pratiques se réduisent», a-t-il constaté.
Il a avancé qu’«avec l’organisation d’un troisième scrutin à son actif, l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie) met les bases de la pratique démocratique par un vote transparent». Selon ses dires, «le taux de participation aux législatives reflète une avancée démocratique à inscrire au crédit de l’Anie et des pouvoirs publics». «Nous ne sommes plus dans les chiffres gonflés et les taux staliniens, mais bien en présence des chiffres réels», a commenté l’analyste politique Mustapha Haddam. Pour lui, «c’est la troisième fois que nous avons des élections organisées d’une manière indépendante par l’Anie». «Crescendo, nous avons remarqué la vérité des chiffres», a relevé l’invité de la rédaction, qui a estimé que «l’Algérie entre, de plain-pied, dans un système démocratique». Mustapha Haddam a exclu, toutefois, la thèse selon laquelle ce taux de 30,20 % soit le résultat des appels au boycott. Selon lui, ce taux reflète la réalité que «les Algériens votent peu» et constitue ainsi «une avancée démocratique». Pour autant, Mustapha Haddam a rappelé que ce taux national de participation reste un taux préliminaire. «Mohamed Charfi a commencé par préciser qu’il fallait encore consolider les chiffres pour obtenir les taux définitifs de participation», dira t-il. Pour rappel, le président de l’Anie avait expliqué, lors de la conférence de presse tenue samedi soir, que les opérations de dépouillement se poursuivaient encore dans certains bureaux de vote à travers le pays et que le vote de la diaspora n’avait pas encore été inclus. «Ce nouveau mode de scrutin requiert un dépouillement plus affiné avec deux comptages, d’abord pour déterminer les listes gagnantes puis pour identifier les personnes qui totalisent le plus grand nombre de voix», a souligné l’analyste politique.
Pour plus de résultats positifs, Mustapha Haddam a appelé les pouvoirs publics et l’Anie à consacrer «plus de démocratie, plus de liberté d’expression et de la presse, plus de parler vrai pour rétablir les passerelles avec les citoyens et lutter contre ceux qui tentent de freiner le changement en cours».
Louisa Ait Ramdane

Article récent

--Pub--spot_img

Articles de la catégorie

- Advertisement -spot_img